Articles

Indications de la PCR-Covid chez l'enfant

Il est vrai qu’aucun symptôme infectieux chez l’enfant n’est spécifique du Covid-19.

Les personnes asymptomatiques ne transmettent pas le virus

« D’après les données dont nous disposons, il semble toujours rare qu’une personne asymptomatique transmette effectivement à un autre individu ».

Comment la résistance aux antibiotiques menace la médecine

« un usage raisonné des antibiotiques est une des pierres angulaires de la lutte contre ces résistances, ce qui suppose d'éduquer les médecins et les patients....

La santé de nos enfants menacée par le changement climatique

"Les changements climatiques définiront la santé de toute une génération", assure le Dr Nick Watts

Le Stress favoriserait les infections

Les auteurs insistent sur le fait que la prévalence des troubles du stress post-traumatique était de 5,6 % en Suède en 2005 et que les autres troubles relatifs au stress sont probablement au moins 10 fois plus fréquents.

Les enfant nés par césarienne, font plus de pathologies infectieuses

Les enfants nés par césarienne élective ont donc une augmentation du risque d’hospitalisation pour pathologie infectieuse, en comparaison de ceux nés par voie basse.

De la vitamine D pour éviter les infections respiratoires, mais pas en bolus !

Des études observationnelles ont mis à jour un lien entre un taux sérique bas de 25 OH vitamine D et le risque d’infection respiratoire aiguë. Les méta-analyses réalisées livrent toutefois des résultats contradictoires, liés sans doute à l’existence de biais, tenant à des différences dans les caractéristiques des participants ou dans les posologies de vitamine D prescrites.

Comment les bactéries se font infecter

Pour la première fois, des scientifiques ont modélisé atome par atome le mécanisme par lequel un virus prend le contrôle d’une bactérie.

La toxoplasmose, meilleure alliée des félins

Lorsqu'il est infecté par la toxoplasmose, le chimpanzé ne fuit plus l'odeur d'urine du léopard, son prédateur naturel. Un comportement suicidaire dont on trouverait aujourd'hui la réminiscence chez les humains infectés.

Moins d'infections, plus de maladies auto-immunes

L’hygiène favorise les maladies auto immunes, encore un article qui va dans ce sens. La rencontre avec le microbe est comme la rencontre avec le monde, elle peut être difficile mais elle est essentielle. Comment savoir qui je suis si je ne me suis pas confronté à l’autre ?

Dépression : et si c'était une infection cérébrale ?

Dans la suite des microbes qui influencent nos désirs alimentaires, certains microbes généreraient ou seraient responsable de la dépression. Nous réalisons tous les jours que chaque maladie a son facteur microbien. C’était évident pour toutes les maladies infectieuses. Cela l’est maintenant aussi pour d’autres affections comme les ulcères de l’estomac, mais aussi les sciatiques, l’autisme, les infarctus, le parkinson et maintenant pour la dépression.

Y-a-t-il une omerta sur la maladie de Lyme en France ?

Le Lyme se répand de plus en plus mais nous restons en retard avec des tests dépassés. le Pr Christian Peronne, sommité de l’infectiologie nous l’explique. Me Viviane Shaller est en procès pour avoir tenté d’améliorer le diagnostic. Pendant ce temps les malades s’accumulent et sont mal diagnostiqués

Le cuivre, meilleur ennemi des bactéries

Les médecines anciennes, Egyptiennes, Grecques et même Aztèques viennent nous apprendre et nous donner des solutions là ou la médecine moderne se retrouve en échec. Le cuivre tout simplement permet de lutter efficacement contre les maladies nosocomiales, ces infections que vous attrapez à l'hôpital et qui tuent chaque année 3500 personnes en France.

Des bactéries dans le placenta responsables des naissances prématurées ?

Le placenta renferme encore de nombreux secrets. Cet organe a été notre compagnon de début de vie, probablement notre véritable «jumeau». Il s’est trouvé longtemps relégué au rang de déchet réutilisable. Je pense que nous ne sommes qu’au début de la compréhension de nombreuses facettes de son rôle. La présence de bactéries ouvre des perspectives très importantes.

Les causes de l'autisme à moitié génétiques et à moitié environnementales

Commentaire de Olivier Soulier. La part environnementale apparaît de plus en plus importante dans l’apparition de l’autisme. L’intoxication est surement le maître mot. Les enfants ainsi "plombés" si je peux me permettre l’expression ne peuvent plus ensuite se développer normalement, accumulent les retards jusqu'à décrocher. Ils deviennent la proie des infections multiples qui ne font que nourrir le cercle vicieux.