Articles

Perturbateurs endocriniens et fertilité féminine

Excellent article qui explique bien le processus de toxicité et la réalité de la transmission aux générations suivantes. La liste des toxiques est impressionnante. Nous connaissons l’action des perturbateurs endocriniens sur les systèmes adultes, et le rôle des toxiques sur la chute des spermatozoïdes. Il apparaît bien expliqué ici l’action non plus de blocage d’organismes constitués, mais de perturbation du développement in utero des potentiels de fécondité future. Cela va aussi modifier l’anatomie génitale et générer des pathologies comme l’endométriose chez la femme adulte.

Les jeunes « inquiets pour leurs hormones »


C’est ce que note Le Parisien, qui indique que « 35.000 jeunes ont répondu à l’enquête lancée par une association écolo sur les perturbateurs endocriniens, suspectés d’impacter la fertilité ». Le journal remarque ainsi que « Génération cobayes entend animer cette semaine de très sérieux séminaires dans différents campus universitaires. […] L’association écologiste veut sensibiliser les jeunes sur la façon de «protéger leurs hormones» ».