Articles

Les effets du Prozac

Même si vous vous méfiez déjà des multinationales pharmaceutiques, je vous mets au défi de ne pas tomber de votre chaise en lisant la véritable histoire de ce médicament. 

PROZAC : révélations sur le « casse du siècle » de Big Pharma

Tout commence en 1972, quand le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly découvre une nouvelle molécule chimique, la fluoxétine, qu’elle baptisera plus tard « Prozac ».

De la cocaïne et du Prozac dans les saumons de Seattle

Des scientifiques américains ont retrouvé pas moins de 81 sources médicamenteuses dans les tissus organiques de saumons pêchés dans le Puget Sound, sur la côte pacifique des Etats-Unis.

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"

Dans son livre John Virapen explique par le menu comment il a payé des experts pour manipuler les résultats et faire disparaitre les cas de suicides.

Ça fait peur : une seule dose d’antidépresseur impacte le cerveau entier

Les antidépresseurs sont parmi les médicaments les plus prescrits. Les IRS agissent en inhibant le recaptage de la sérotonine et donc en augmentant le taux circulant de ce neuro transmetteur ce qui est le but annoncé. Le Prozac en tête est le plus connu. Cet article montre que loin de simplement aider notre cerveau à fonctionner, ils modifient profondément son fonctionnement en quelques heures. Ils diminuent la connectivité intrinsèque, c’est à dire les connections internes, pour en favoriser d’autres. En clair vous ne raisonnez plus selon les mêmes liens et les mêmes modes. Votre mode de pensée change.

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"

John Virapen, 64 ans, livre le récit de son parcours dans l'industrie pharmaceutique. Une confession professionnelle peu ordinaire. Commentaire de Olivier Soulier. Tout a fait étonnant, ce patron d’un grand laboratoire, Eli Lilly, qui se repent et fait ses confidences sur un des plus grands succès de l’industrie pharmaceutique : le Prozac. Il avoue avoir corrompu, dissimulé de nombreux effets secondaires de suicides, grâce à des experts psychiatres, qu’il reconnait avoir manipulé froidement.

Editorial de la lettre Médecine du sens n°21

LA DELINQUANCE DE BIG PHARMA. «Silence ! On tue et on vole, et en plus on risque rien !». Une chronique au vitriol sur la délinquance de l’industrie pharmaceutique. Jacques Servier vient de mourir sans jamais avoir été vraiment inquiété. C’est un grand parrain de la mafia pharmaceutique qui s’en va sans avoir été réellement mis face aux 1500 morts qu’il a sur la conscience.