Articles

Pr Bridle : "La protéine Spike est elle-même toxique et dangereuse pour l'homme"

Les nanoparticules d'ARNm ne restent pas localement au site de ponction dans le tissu musculaire, comme supposé et revendiqué par les fabricants, mais vont dans les organes à des concentrations parfois dramatiques, où ils sont transférés de cellules en cellules et absorbés en continu. »

Des nanoparticules injectées sous la peau servant de carnet de vaccination

Un smartphone modifié, pointé sur la peau, permet de faire apparaître, fluorescent sur l'écran, le cercle ou la croix.

Les sachets plastiques des thés et tisanes libèrent des nanoparticules

« “On a été surpris. On s’attendait à des centaines ou des milliers de particules, mais pas à des milliards” », a déclaré la chercheure.

« Des nanoparticules dans nos assiettes »

A notre insu, les nanoparticules ont envahi notre environnement quotidien. Présentes dans de multiples produits de consommation courante – crèmes solaires, textiles, articles de sport, carburants, pneus, appareils électroménagers, panneaux solaires, ciments, peintures, vernis, équipements médicaux… –, elles se sont aussi introduites, subrepticement, dans nos assiettes.