Articles

Les troubles bipolaires ne sont pas seulement génétiques

Les traumatismes psychiques durant l’enfance, en particulier, augmentent nettement le risque de trouble bipolaire, et sont également très fréquents dans la population.

Conséquences fatales d’une exposition précoce à la violence ordinaire

Maltraitances physiques, psychologiques, abus sexuels, harcèlements, affrontements entre groupes... Triste catalogue de la violence ordinaire !

Images insoutenables de cruauté dans un abattoir bio du Gard

Moutons torturés, cochons et bœufs saignés alors qu’ils sont conscients… L214 rend publiques ce mardi de nouvelles horribles images d’un abattoir, qui a la particularité... d’être bio

Enfant de parents pervers narcissiques

L’organisation familiale est le plus souvent mise en place dans la création d’un isolement des uns vis à vis des autres, de petites phrases assassines, d’une méfiance constante…

PMA : les juges complices de maltraitance organisée

Combien d’enfants devront être privés de leur père avant que les juges ne réagissent pour retrouver à la fois le bon sens, le droit et la justice ?

La méditation pour lutter contre les maladies inflammatoires ?

La maltraitance de l’enfance peut-être responsable de nombreux troubles dépressifs ou psychiatriques. Elle peut aussi donner une augmentation de la CRP, molécule marqueur de l’inflammation. Voilà maintenant que la méditation peux lutter contre l’inflammation. La boucle est bouclée. Voilà un exemple de comment nous pouvons tomber malade et comment guérir ou se rééquilibrer.

Fessée : 10 raisons de l'interdire, ainsi que toutes les autres punitions corporelles

Comment ce droit coutumier de correction toujours en usage, reconnu par la Cour suprême en 1819 et s’exerçant dans le cadre de l’autorité parentale, peut-il être conciliable avec le devoir de "protéger l’enfant dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement dans le respect de sa personne" (article 371-1 du code civil) ? Pourquoi n’est-il pas abrogé ?

La maltraitance laisserait des traces cérébrales liées à une vulnérabilité future

A mettre en lien avec plusieurs articles que nous avons déjà publié sur ce thème. En tant que professionnels, nous voyons souvent des personnes en grande souffrance, dépression, vulnérabilité. Voilà des explications qu’il faudra bien un jour voir, comme nous l’avait montré Alice Miller.

De la maltraitance dans l’enfance à l’inflammation chronique

Commentaire d'Olivier Soulier. Quelle logique dans tout cela ? Ce qui est surtout important c'est que ces liens commencent à être mis en évidence, à la fois dans leur mécanisme et dans leur existence. Maltraiter un enfant le rend malade à l'âge adulte. L'inflammation parle de colère. Ses facteurs sont la C réactive protéine, le fibrinogène, les cytokines.

Des liens complexes entre maltraitance et mort subite du nourrisson.

La mort subite inattendue du nourrisson (MSIN) a des étiologies diverses. Plus de la moitié des cas entrent dans le cadre du syndrome de mort subite (SMS) ou Sudden Infant Death Syndrome (SIDS) dont le diagnostic ne peut être accepté qu’après une autopsie complète, une enquête sur les lieux du décès et l’analyse des antécédents médicaux. Les certificats de décès peuvent encore comporter, dans 14 % des cas, la mention accident de suffocation ou de strangulation dans le lit, ce qui vient ajouter à la confusion. Enfin, environ 30 % des décès sont notés comme de cause non spécifique.

MALTRAITANCE infantile, dépression à l'âge adulte

Un enfant sur dix est exposé à la maltraitance, psychologique, physique, sexuelle ou à la négligence. La maltraitance à l’enfance multiplie par 2 le risque de développer des épisodes dépressifs à la fois multiples et durables.

La MALTRAITANCE abime le cerveau de l’enfant et déprime l’adolescent

Neuropsychopharmacology La maltraitance infantile modifie la substance blanche du cerveau entraînant une susceptibilité particulière, plus tard dans la vie à certains troubles mentaux, comme la dépression ou l'usage de drogues.