Articles

Dépression, maladies graves et médicaments

Nos travaux montrent que la prise d’agents inflammatoires de type interféron, utilisés pour traiter certains cancers et hépatites, provoque un épisode dépressif chez 50 % des patients, explique-t-elle.

Injections intra-lésionnelles d’interféron dans la maladie de La Peyronie, quels résultats ?

La maladie de La Peyronie (MLP), décrite en 1743 par François Gigot de La Peyronie, premier chirurgien de Louis XV, est caractérisée par une induration plastique de l’albuginée des corps caverneux de la verge ; survenant surtout entre 40 et 60 ans, elle associe habituellement une courbure pénienne, une inflammation et des douleurs, qui retentissent sur la vie sexuelle. Non traitée, elle évolue vers une aggravation de l’incurvation. Parmi les nombreux traitements proposés, les injections intra-lésionnelles (IIL) sont les plus performantes ; les auteurs américains ont utilisé l’interféron-α2B (IFN) dont ils ont évalué l’efficacité en fonction de la précocité du traitement tout en essayant de déterminer les facteurs prédictifs de réussite.