Articles

Le paracétamol au cours de la grossesse aurait un impact sur le développement neurologique ?

Le paracétamol est largement utilisé chez les femmes enceintes. Pourtant, il pourrait altérer le développement neurologique et entraîner l’apparition de troubles du déficit de l’attention/hyperactivité des enfants qui y aurait été exposé in utero ou après la naissance.

Hyperactivité des enfants : les pesticides sur le banc des accusés

Les enfants exposés à des concentrations importantes de pesticides via les fruits et légumes cultivés aux Etats-Unis seraient plus susceptibles de souffrir de troubles de déficit de l'attention/hyperactivité (TDAH), selon une étude américano-canadienne publiée le 17 mai dernier dans la revue Pediatrics.

Une prévalence plus élevée de troubles du langage pour les enfants atteints d’eczéma

Les enfants atteints d’eczéma souffrent de prurit, de troubles du sommeil et de diminution de la qualité de vie. ..

Et si l’hyperactivité n’existait pas?

Le psychiatre français Patrick Landman dénonce l’épidémie d’hyperactivité. Selon lui, ce trouble est une construction artificielle destinée à enrichir les pharmas

Hyperactivité chez l'enfant : les pesticides mis en cause

Et si les pesticides avaient un impact sur le comportement de nos enfants ? Selon une récente étude américaine, les pyréthrinoïdes pourraient causer de l'hyperactivité, surtout chez les petits garçons.

Hyperactivité : l'essor inquiétant de la "drogue de l'obéissance"

Les diagnostics d’hyperactivité flambent au Brésil, qui consacre chaque année 9 millions d’euros pour la Ritaline et équivalents. Enquête sur une étrange épidémie, en partenariat avec Books.

Le danger des additifs alimentaires sur nos enfants.

Jean Yves Bilien nous transmet cette vidéo édifiante qui montre…

Helicobacter pylori dans l’enfance, les points sur le « i »

Helicobacter pylori (HP) est une bactérie qui colonise la muqueuse gastrique et provoque une gastrite active et chronique persistante source d’ulcères gastriques et duodénaux, facteurs de risque de cancers et lymphomes. L’infection survient habituellement tôt dans l’enfance, en particulier dans les pays pauvres et sa prévalence augmente avec l’âge, atteignant 65 % à l’adolescence alors qu’elle est en baisse dans les pays occidentaux mais non en Asie.