Articles

« Combien de gens meurent réellement de la grippe ? »

La grippe, qui s’affiche partout en ce début d’année, n’a peut-être plus de secret pour vous. Mais pour les épidémiologistes, chargés d’établir la comptabilité funèbre des victimes du virus, elle reste un véritable casse-tête.

Résistance aux antibiotiques : 1 décès toutes les 3 secondes en 2050

Une vaste étude britannique lance une (nouvelle) alarme sur la mauvaise gestion des antibiotiques dans le monde qui favorise l'émergence de "super-bactéries" résistantes aux traitements.

Un quart des décès dans le monde sont liés à l'environnement

23 % des décès dans le monde découlent d'une cause liée à l'environnement, révèle l'OMS. Mais qu'entend-elle par le terme "environnement" ?

Dépression et maladie cardiaque : un cocktail explosif ?

Selon l’étude de population britannique Witehall 2, un patient cardiaque présentant en parallèle des symptômes de dépression augmenterait fortement son risque de décès.

La vodka tue, c'est prouvé ! C’est normal, c’est le but !!!

Philipe Pétain s'était rendu célèbre (entre autres !), par l'aphorisme inattaquable : le feu tue. Richard Peto renforcera-t-il sa notoriété en épidémiologie avec la conclusion tout aussi inattaquable d'une étude qu'il cosigne : la vodka tue. En substance, des épidémiologistes russes, britanniques, français et américains se sont associés pour évaluer les conséquences sur la mortalité de la consommation d'alcool et plus spécifiquement de celle de vodka couramment utilisée pour des alcoolisations massives.

Des liens complexes entre maltraitance et mort subite du nourrisson.

La mort subite inattendue du nourrisson (MSIN) a des étiologies diverses. Plus de la moitié des cas entrent dans le cadre du syndrome de mort subite (SMS) ou Sudden Infant Death Syndrome (SIDS) dont le diagnostic ne peut être accepté qu’après une autopsie complète, une enquête sur les lieux du décès et l’analyse des antécédents médicaux. Les certificats de décès peuvent encore comporter, dans 14 % des cas, la mention accident de suffocation ou de strangulation dans le lit, ce qui vient ajouter à la confusion. Enfin, environ 30 % des décès sont notés comme de cause non spécifique.

Risque de suicide, aussi une question d’alimentation ?

Selon l’OMS, le taux de suicide dans le monde a augmenté de 60 % au cours des 45 dernières années, ce qui en fait la dixième cause de mort, et donc un enjeu important pour la santé publique. Bien qu’il existe des rapports établis entre l’alimentation et la dépression, et que celle-ci constitue le contexte majeur prédisposant au suicide, aucune recherche n’avait encore examiné l’association entre les habitudes alimentaires et le suicide.

Cancer bronchique : 5 fois plus de suicides…

Aux Etats Unis, le cancer bronchique représente la première cause de décès par cancer, dans les deux sexes. Il est par ailleurs établi que le taux de suicide chez les patients atteints de cancer est plus élevé que dans la population générale.