Articles

Ondes électromagnétiques et technologies mobiles : les actuaires et les assureurs plus prudents que les politiques?

Deux, trois, quatre et bientôt 5G! La surenchère des opérateurs n'aura d'autres limites que celles que le législateur se refuse à imposer. De nombreux actuaires et assureurs, eux, ont déjà tranché et excluent de leur couverture les risques sanitaires liés aux et antennes relais (CEM*), qui se multiplient.

Portable à haute dose : le danger se confirme

Après de très nombreuses dénégations, tant des autorités médicales que des opérateurs, l’évidence commence à apparaître. Elle n’est reconnue que pour les gros consommateurs. Et cela commence à 1/2h par jour, ce qui veut dire en fait que cela concerne beaucoup de monde. Ajoutons que plus le cerveau est jeune et encore immature,plus il est sensible. Tout cela n’est que la part visible de l’iceberg. Le début de la prise de conscience d’une électrosensibilité croissante. La surcharge qui sensibilise peu à peu des pans entiers de la population.

« Les ondes électromagnétiques en débat à l'Assemblée »

Le Figaro fait savoir que « les élus examinent ce jeudi une proposition de loi écologiste afin d'encadrer notre exposition aux ondes magnétiques, notamment par les antennes-relais. Leur nocivité sur la santé continue de faire débat », note le journal. Le quotidien évoque un « élément clef du texte, donner leur mot à dire aux élus locaux lors d'installation d'antennes relais dans leur localité », expliquant qu’« aujourd'hui, l'opérateur demande sa seule autorisation à l'Agence nationale des fréquences. Si le texte est adopté en l'état, les élus décideront en concertation avec l'agence de l'installation ou non de nouvelles antennes ».