Articles

Comment la médecine par les plantes et une alimentation corrigée ont pu inverser les symptômes de ma sclérose en plaques

Comment j'ai guéri de ma sclérose en plaques par les plantes et par l'alimentation L’année dernière, j’avais entrepris de voyager dans toute l’Australie. Mais à un moment donné, j’ai dû rentrer à la maison parce que je ne me sentais pas bien...

Les hommes ont un faible pour le salé, les femmes pour le sucré

Voilà une info qui a eu du succès et a été reprise par de nombreux journaux comme nous le montrons. Petit lexique du sens des désirs alimentaires comme nous aimons. Le gras sert à protéger, à se défendre. Ce sont donc les plus pauvres et les plus stressés émotionnellement qui en réclament et le recherchent. La femme enceinte aussi puisqu’elle protège et nourrit son bébé. Le sucré parle du lien à la mère. Ce sont les femmes qui le réclament le plus. Le salé parle du lien au père, ce sont les hommes qui le recherchent.

Cancer : où est vraiment le risque ?

Un article qui dit des choses évidentes mais si révolutionnaires sur l’origine des cancers. Et qui étudie sans préjugés la réalité de nos réactions."La surprise de découvrir que le tabac n'était finalement pas si dangereux pour la santé, pas plus que l'alcool, et que les régimes alimentaires tant vantés jusqu'ici n'étaient pas si protecteurs, pas plus que le sport.... l'importance du stress dans la maladie cancéreuse..."

Ces microbes qui nous gouvernent

Passionnant article qui reprend assez bien des données nouvellement établies sur le principe des microbes. Il insiste sur l’équilibre et la diversité bactérienne pour notre équilibre. Plus nos bactéries intestinales sont nombreuses et diversifiées, meilleure est notre santé. Avec cette phrase tout est dit.

Les végétariens tuent 25 fois plus d'animaux doués de sensibilité par kilogramme 

Voila une information totalement surprenante et à l’opposé de ce que défendent les végétariens. La consommation de viande détruirait moins d’être vivant sensible qu’une nourriture végétarienne. « Les céréales et légumineuses conduisent à la destruction des écosystèmes indigènes, mettent en péril la survie des espèces indigènes et causent au moins 25 fois plus de morts d'animaux sensibles par kilo de nourriture. Le défi du consommateur éthique est de choisir le régime qui provoque le moins de morts et de dommages à l'environnement. Un régime omnivore comprenant de la viande rouge d'animaux élevés sur pâturages semble être le régime le plus éthique et il l'est encore plus quand il contient de la viande durable de kangourou prélevée dans la nature»

La simvastatine, peut-être un frein au handicap dans la SEP

Commentaire de Olivier Soulier. Nouveau médicament présenté comme intéressant et qui diminuerait l’atrophie cérébrale. Mais en pratique il n’y a ni diminution de la charge lésionnelle, ni réduction significative de poussées pendant la période de l’étude. Un bénéfice bien mince. La révolution des traitements n’est pas encore là. N’oublions pas qu’avec un simple régime "Seignalet" ou "Terry Wahls" on obtient facilement une diminution de plus de 50% du nombre des poussées. Simple non ?

Un régime pour la SLA ? LES PISTES D'OLIVIER SOULIER.

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une affection dont l'évolution est inexorable avec une médiane de survie estimée à 30 mois. La mort est le plus souvent liée à l'atteinte des muscles respiratoires à un stade ou le patient est dans un état proche d'un lock-in syndrome. Aussi n'est-il pas surprenant d'apprendre que c'est, proportionnellement, la première pathologie en cause dans les suicides ou les demandes de suicide assisté, dans les pays où cela est autorisé. Malgré de multiples essais thérapeutiques ayant pu paraître prometteurs ces dernières années, il n'existe encore aucun traitement curatif de la maladie. Un groupe multicentrique américain a voulu explorer la piste d'une intervention diététique à visée thérapeutique dans cette affection.

Épilepsie : on a compris comment l’alimentation influence le cerveau

Depuis la nuit des temps, les épileptiques savent contrôler leur maladie en adoptant un régime alimentaire particulier. Dans une nouvelle étude, des neurologues suisses et états-uniens viennent d’établir un lien direct entre le métabolisme des neurones et l’activité du cerveau. Cette découverte ouvre la voie vers de nouveaux traitements de certaines maladies neurologiques.