Articles

De l’arsenic au suicide

Du rôle des toxiques sur le psychisme. Arsenic et suicide. Cet article montre que plus vous êtes intoxiqués par l’arsenic plus vous avez tendance à vous suicider.

Les crèmes « anti-vergetures », c’est bon pour…le moral !

Aucune femme n’aime avoir son ventre touché par les vergetures. J’en profite pour rappeler la très bonne action de l’huile de rose musquée du Chili appliquée dès le début de la grossesse sans attendre la moindre vergeture. Et en plus ça sent si bon ! Mais ce qui est intéressant c’est que même si les crèmes anti vergetures ne les évitent pas forcément elles améliorent le moral (score émotionnel) et la tolérance des femmes.

Cancer : où est vraiment le risque ?

Un article qui dit des choses évidentes mais si révolutionnaires sur l’origine des cancers. Et qui étudie sans préjugés la réalité de nos réactions."La surprise de découvrir que le tabac n'était finalement pas si dangereux pour la santé, pas plus que l'alcool, et que les régimes alimentaires tant vantés jusqu'ici n'étaient pas si protecteurs, pas plus que le sport.... l'importance du stress dans la maladie cancéreuse..."

Quand la psychiatrie était une affaire de cœur

Les médecins et psychiatres Egyptiens avaient tout compris il y a entre 35 et 50 siècles. Soit en 3000 avant JC. C’est le coeur qui gouverne les pensées et le psychisme. Les troubles psychiques affectent notre espérance de vie par des somatisations plus importantes. Les dépressifs ont plus de pathologie cardiovasculaires. Les personnes aillant des troubles cardiovasculaires ont plus de chance de développer des troubles affectifs.

Risque de suicide, aussi une question d’alimentation ?

Selon l’OMS, le taux de suicide dans le monde a augmenté de 60 % au cours des 45 dernières années, ce qui en fait la dixième cause de mort, et donc un enjeu important pour la santé publique. Bien qu’il existe des rapports établis entre l’alimentation et la dépression, et que celle-ci constitue le contexte majeur prédisposant au suicide, aucune recherche n’avait encore examiné l’association entre les habitudes alimentaires et le suicide.

Des symptômes somatiques inexpliqués, une entité

Ayant collaboré au groupe de travail sur les troubles somatoformes du DSM-5 (Somatic Symptoms Disorders), et exerçant au département de psychiatrie de l’Université d’Oxford (Grande-Bretagne), le Dr. Michael Sharpe propose une réflexion sur la place des « symptômes somatiques » chez les patients des psychiatres. Ces symptômes somatiques peuvent être classés, rappelle-t-il, en troubles « médicalement expliqués » et troubles « médicalement inexpliqués », les premiers passant pour « médicaux » (c’est-à-dire organiques), et les autres « psychiatriques », a priori sans caractère organique.

Le staphylocoque doré est impliqué dans l'eczéma

Les scientifiques se posent des questions intéressantes, mais quelque soit la réponse apportée, il faut intégrer le rôle du staphylocoque. Gardien de l'intégrité corporelle et psychique, il s'active en cas de difficulté de cet ordre...

« L’important est d’être en harmonie DE LA VIE avec soi-même » - La vie - 21 Novembre 2013

Pourquoi certaines personnes sont-elles toujours fatiguées et d’autres toujours en pleine forme ? Notre niveau d’énergie varie-t-il selon les saisons ou les âges de la vie ? Olivier Soulier, médecin, nous éclaire.