Articles

Touche pas à ma prostate

Un dosage de PSA augmente la détection des cancers peu évolués mais n'influence pas la mortalité à 10 ans ni la détection précoce des cancers sévères.

Cancer de la prostate : le rôle préventif de l’éjaculation.

Une étude conduite auprès de 32.000 hommes suggère une réduction significative du risque de cancer de la prostate, proportionnelle à la fréquence d'éjaculation.

Cancer de la prostate : un nouveau traitement issu de bactéries des fonds marins.

Une molécule présente chez une bactérie des fonds marins serait capable de tuer les cellules tumorales de nombreux patients atteints d'un cancer de la prostate.

« Le cancer de la prostate surdépisté »

« Dépister ou ne pas dépister ? Traiter ou ne pas traiter ? (…) Eh bien en matière de cancer de la prostate, c’est plutôt non », indique Libération.

Cancer de la prostate: traiter ou ne pas traiter, telle est (toujours) la question

Vingt-deux. C'est le nombre de pages qui seront consacrées aux résultats à long terme de l'étude ProtecT... ...

« Cancers : des milliers d’opérations inutiles »

Une étude révèle que 60% des opérations de la thyroïde ne sont pas nécessaires

Calvitie et cancer prostatique : y a-t-il un lien ?

Les causes de la calvitie chez le sujet de sexe masculin sont certes multiples, mais elles reposent principalement sur des facteurs génétiques et hormonaux qui ajoutent leurs effets à ceux de l’âge.

Taux record de cancer : mais qu’est-ce qui rend les hommes martiniquais malades ?

La Martinique détient le record du nombre d'hommes atteints du cancer de la prostate. Un pesticide, le Chlordécone, utilisé dans la culture de la banane, serait à l'origine de ce phénomène.

« Prostate : le cancer plus agressif chez certains chauves »

Cet article note le lien entre alopécie (front plus sommet du crâne) androgénique et risque de cancer de la prostate agressif. Il note aussi que les deux zones sont fort sensibles au taux de testostérone. Il cherche le mode de ce lien sans réponse. Avec la médecine du sens c’est clair.

Café et risque cardiovasculaire : une analyse bien tassée !

Le café, de par sa teneur en caféine, n’est pas dénué d’effets sur l’organisme. Cette base xanthique est connue pour ses vertus psychostimulantes et légèrement diurétiques, entre autres. Elle accélère le rythme cardiaque et, à fortes doses, elle peut avoir un effet bathmotrope positif. Des livres entiers ont été consacrés à cet or noir qui a toujours fasciné les humains. Selon Paracelse : “tout est poison, et rien n’est sans poison; ce qui fait le poison c’est la dose».

Cancer du sein : une nouvelle étude relance la polémique sur les mammographies

Le Parisien et L'Express indiquent que « la pratique de mammographies annuelles ne permet pas de réduire la mortalité par cancer du sein, selon une étude canadienne [parue dans le British Medical Journal] qui relance la polémique autour de l'intérêt des campagnes de dépistage organisé ». Le Parisien explique que cette étude de la Canadian National Breast Cancer Screening Study, « réalisée sur près de 90.000 femmes âgées de 40 à 59 ans, suivies pendant 25 ans, a montré que les femmes qui avaient subi des mammographies annuelles pendant 5 ans n'avaient pas moins de risque de mourir d'un cancer du sein que celles ayant seulement bénéficié d'un examen physique ».