Articles

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"

Dans son livre John Virapen explique par le menu comment il a payé des experts pour manipuler les résultats et faire disparaitre les cas de suicides.

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"

John Virapen, 64 ans, livre le récit de son parcours dans l'industrie pharmaceutique. Une confession professionnelle peu ordinaire. Commentaire de Olivier Soulier. Tout a fait étonnant, ce patron d’un grand laboratoire, Eli Lilly, qui se repent et fait ses confidences sur un des plus grands succès de l’industrie pharmaceutique : le Prozac. Il avoue avoir corrompu, dissimulé de nombreux effets secondaires de suicides, grâce à des experts psychiatres, qu’il reconnait avoir manipulé froidement.