Articles

Les hommes surestiment leur intelligence alors que le femmes se sous estiment

Les hommes sont plus confiants en ce qui concerne leur QI. Les études montrent qu'ils ont tendance à le surestimer alors que les femmes le sous-estiment en moyenne de 5 points.

Les hommes plus malades que les femmes

Des chercheurs suggèrent que les virus ont évolué de façon à toucher les hommes plus sévèrement que les femmes.

Le déclin du courage : discours de Harvard par Soljenitsyne

A l’heure où l’islamisme radical envahit le monde, où l’Occident et le reste du monde laisse égorger les chrétiens, les Yézidi ou tous les opposants, à l’heure où les petites fille sont vendues des l'âge de 1 an, dans la quasi indifférence générale, où l’histoire du fascisme se reproduit devant nos yeux, le discours de Soljenitsyne à Harvard en 1978 prend toute sa valeur.

Les hommes ont un faible pour le salé, les femmes pour le sucré

Voilà une info qui a eu du succès et a été reprise par de nombreux journaux comme nous le montrons. Petit lexique du sens des désirs alimentaires comme nous aimons. Le gras sert à protéger, à se défendre. Ce sont donc les plus pauvres et les plus stressés émotionnellement qui en réclament et le recherchent. La femme enceinte aussi puisqu’elle protège et nourrit son bébé. Le sucré parle du lien à la mère. Ce sont les femmes qui le réclament le plus. Le salé parle du lien au père, ce sont les hommes qui le recherchent.

Science décalée : pourquoi les femmes préfèrent les torses imberbes ?

Plusieurs théories tentent d’expliquer pourquoi la plupart des femmes préfèrent les hommes au torse imberbe. L’une des hypothèses est que l’absence de poils limite les risques de maladies parasitaires, aussi bien pour lui que pour elle, ce qui serait un critère de sélection sexuelle. Mais une étude slovaque remet tout cela en cause…

Soucis et querelles nous font mourir à petit feu

Etude très intéressante qui montre simplement que le conflit latent ou patent rend malade. Je met cela en lien avec l’article «la bascule des générations que j’ai publié dans Néosanté il y a deux mois et que je joint à cette lettre. Le risque de décès est multiplié par deux en conflit de couple et par deux 1/2 dans les conflits avec amis et famille.