Articles

Le Cannabis donne la Schizophrénie

Le cannabis, en particulier lorsqu’il est à plus de 10 % de THC et qu’il est consommé tous les jours a un impact majeur sur le nombre de premiers épisodes psychotiques.

Le cannabis accroit le risque psychotique

Chez les adultes, la responsabilité du cannabis dans le déclenchement de troubles psychotiques est connue depuis longtemps des psychiatres.

Davantage de suicides parmi les consommateurs de cannabis ?

Les conclusions des études épidémiologiques sur l’influence de la consommation de cannabis sur le risque de suicide sont controversées.

Le cannabis, trois fois plus fort qu’il y a 20 ans

La faculté de Pharmacie de l’Université du Mississipi publie dans Biological Psychiatry les résultats des analyses de plus de 38 000 échantillons de cannabis saisis entre 1995 et 2014 par la DEA (Drug Enforcement Administration), l’agence fédérale américaine en charge de la lutte contre la drogue.

ALTERNATIVE SANTE - Effet secondaire fréquemment rapporté : la mort.

Effet secondaire fréquemment rapporté : la mort. Voilà sans doute ce que le laboratoire portugais Bial serait obligé d’écrire sur la notice du médicament qu’il avait l’intention de mettre sur le marché dans quelques mois…

« Cannabis et épilepsie, l'espoir à petits pas »

"Un essai clinique va vérifier l'efficacité d'un médicament contenant du cannabidiol contre des épilepsies très sévères"

Le cannabis serait un substitut affectif

Si fumer du cannabis est souvent perçu comme un moyen de faciliter les relations sociales ou de calmer l’anxiété, c’est peut-être en raison de son principe actif : le THC

Cannabis et schizophrénie : le lien se confirme

Le lien entre cannabis et schizophrénie se confirme encore une fois. La consommation de cannabis augmente fortement les risques de devenir schizophrène.

L’alcool protégerait de la SEP…

Il a été observé que les buveurs d’alcool (par rapport aux non-buveurs) avaient un risque moindre de présenter certaines maladies auto-immunes, comme la polyarthrite rhumatoïde, l’hypothyroïdie auto-immune et le lupus systémique, avec un effet dose-dépendant. Pour la sclérose en plaques (SEP), les données actuelles sont moins probantes mais deux études cas-contrôles menées en Suède retrouvent le même type d’association inverse entre la consommation d’alcool et le risque de SEP.

LE SENS CACHE DES DEPENDANCES

Avant d’être vécue comme une difficulté, la dépendance…