Voir la schizophrénie dans les yeux.

Commentaire de Olivier Soulier.

Article très intéressant qui cherche les liens entre le somatique et le psychique. Et reprend les diverses hypothèses organiques de la schizophrénie.

Nous avions évoqué dans un précédent commentaire des liens entre soma et psychique par des somatisations plus fréquentes dans certaines maladies, comme les maniaco dépressions, ou les suicides dans les cancers du poumon.

Diabète, artérite, lésion au fond de l’oeil.

Auquel il faut rajouter le rôle du gluten dans le développement de la schizophrénie.

Souvenons nous aussi du Virus HERV W40 fondamental dans la création du placenta et aussi dans la schizophrénie.

Est-ce à dire que le cordon n’est pas assez bien rompu et le placenta pas enterré dans la schizophrénieAllons-y,  je fais le pas. 

 L’ARTICLE

Il est possible, explique l’éditorialiste de The American Journal of Psychiatry, que notre approche future de la schizophrénie l’assimile « plutôt à une maladie systémique » (révélée d’abord par des troubles psychiques et du comportement) « qu’à une affection du cerveau en soi. » S’appuyant sur ce paradigme, l’auteur estime qu’on pourrait bien « en apprendre davantage sur la maladie à partir de ses comorbidités qu’en renforçant nos connaissances sur le fonctionnement cérébral. » Mais si cette conception connaît un regain actuel, elle n’est pas récente, car « avec la schizophrénie, toute idée ancienne connaît une nouvelle jeunesse » (in schizophrenia, everything old is new again).

À ce propos, l’auteur rappelle quelques pistes « nouvelles-anciennes » :

–La schizophrénie s’apparenterait à une forme de diabète familial [S Mukherjee & coll.: Family history of type 2 diabetes in schizophrenic patients. Lancet 1989; 1: 495].
–Elle pourrait résulter d’un dysfonctionnement des micro-vaisseaux, en particulier des anomalies morphologiques des capillaires [Alson E: Psychological correlates of capillary morphology in schizophrenia. Am J Psychiatry 1965; 122: 444–446 & Norris AS : Capillary morphology of the nailfold in the mentally ill. J Neuropsychiatry, 1964; 5: 225–234].
–On soupçonne, depuis Kraepelin, la possibilité d’un contexte organique associé à la schizophrénie, et en 1976, Johnstone et ses collègues ont mis en évidence, grâce aux nouvelles techniques d’imagerie (scanographie), l’existence de ventricules élargis dans la schizophrénie [EC Johnstone EC & col.: Cerebral ventricular size and cognitive impairment in chronic schizophrenia Lancet 1976; 2: 924–926].

Dans cette quête d’un arrière-plan organique dans la schizophrénie, les pistes sont « à la fois toujours plus larges » (génétique, rôle des infections, des processus immunitaires, des toxines, de la sociologie, des phénomènes migratoires, des antécédents familiaux) et « focalisées plus étroitement » sur des domaines spécifiques (neuro-anatomie, neurosciences, circuits neuronaux, synapses, molécules). Une étude récente de Meier et coll.[1] met l’accent sur un « fait très intéressant » : l’imagerie directe des micro-vaisseaux de la rétine montre un calibre « significativement plus large » chez les schizophrènes (et « même chez ceux ayant seulement présenté des symptômes psychotiques transitoires dans l’enfance »). Ce phénomène n’a pas pu être rapporté à d’autres facteurs : hypertension artérielle, diabète, traitement neuroleptique, tabagisme… Il est d’ailleurs possible, remarque l’auteur, que ce constat de veinules rétiniennes élargies ne soit pas spécifique des micro-vaisseaux cérébraux, mais concerne aussi d’autres organes. Et même inconstante, cette dilatation des micro-veinules repérable par l’imagerie rétinienne pourrait ainsi constituer un biomarqueur possible pour confirmer (voire anticiper) le diagnostic de schizophrénie.

[1] Meier MH et coll.: “Microvascular abnormality in schizophrenia as shown by retinal imaging” Am J Psychiatry 2013; 170:1451–1459.

Dr Alain Cohen

Références Malaspina D: Looking schizophrenia in the eye. Am J Psychiatry, 2013; 170: 1382–1384.

http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/voir_la_schizophrenie_dans_les_yeux_143021/document_actu_med.phtml