« Un lien entre boissons énergisantes et pression artérielle à nouveau pointé du doigt »

Commentaire. Les boissons énergisantes favorisent l’hypertension artérielle. Logique, à force de toujours vouloir être en forme et dominer, vous voilà en risque de faire passer la puissance avant l’amour, avec le risque d’hypertension.

 

L’ARTICLE :

 

Le Parisien fait savoir sur son site Internet que « les boissons énergisantes […] sont une nouvelle fois sur la sellette. Une étude américaine montre que leur consommation tend à accroitre la pression artérielle et à faire monter une hormone de stress ».

Le journal explique ainsi que « des chercheurs de la division des maladies cardiovasculaires de la Mayo Clinic dans le Minnesota viennent de montrer que la consommation de boissons énergisantes, à raison d’un demi-litre environ, augmentait de façon significative la pression artérielle et le taux de noradrénaline (un neurotransmetteur permettant le passage de l’influx nerveux d’une cellule nerveuse vers une autre) ».

Le quotidien précise que « ces boissons contiennent de fortes doses de caféine associées au guarana (plantes contenant de la caféine) et à d’autres stimulants ».

Le Parisien explique que selon cette étude publiée dans le JAMA, « 25 volontaires (14 hommes et 11 femmes) âgés de 29 ans en moyenne et tous en bonne santé ont dû boire 1 canette de boisson énergisante commercialisée sous le nom de Rockstar, soit 0,47 litre, ainsi qu’une boisson placebo immédiatement avant ou après (l’ordre était aléatoire), le tout sur 2 jours ».

« Pour ne pas fausser les données, les participants n’ont consommé ni caféine ni alcool 24 heures avant cette expérience. Les chercheurs ont mesuré et analysé la pression artérielle et le niveau de noradrénaline des volontaires avant puis 30 minutes après avoir bu la boisson énergisante et le placebo », continue le journal.

Le quotidien relève que « leur pression artérielle moyenne augmentait de 6,4% alors que la hausse constatée après avoir bu la boisson placebo n’était que de 1%. Par ailleurs, le taux de noradrénaline était accru de 73,6% avec la consommation de boissons énergisantes contre 30,9% pour le placebo ».

Le Parisien indique que « les chercheurs, qui admettent que l’échantillon de leur étude est peu important et que de nouvelles recherches doivent être menées à une plus vaste échelle, reconnaissent néanmoins que de telles modifications “hémodynamiques” peuvent accroître le risque cardiovasculaire ».

Le journal rappelle enfin que « les boissons énergisantes ont déjà été associées à des troubles cardiovasculaires. En France, l’Anses a rendu un rapport d’expertise de ces produits en septembre 2013. Elle y souligne que des effets indésirables d’ordre cardiovasculaires, psychocomportementaux ou neurologiques peuvent être liés à la prise de ces boissons ».

Date de publication : 13-11-2015

http://www.mediscoop.net/index.php?pageID=dbe85d80c189e3e321dc4edb7884a085&id_newsletter=7826&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=7826&from=newsletter

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 93