Un déséquilibre hormonal mis en cause chez les mères d’enfants autistes

Commentaire. Un article très intéressant sur le rôle des hormones dans l’autisme. Le Dr Sylvia Reig, spécialiste, viendra nous parler de ce thème lors du congrès.

L’hormone masculine favorise l’autisme. Il y a 4 fois plus de garçons autistes que de filles. Le mouvement masculin de prendre la tête (testostérone) semble particulièrement affecté par les blocages des toxiques.

Le syndrome de Stein Leventhal ou ovaire polykystiques parle de femmes dominées par la lignée des femmes et qui ne peuvent affirmer leur féminité. Leur métabolisme choisit alors la voie masculine.

 

 

L’ARTICLE :

Une étude d’envergure émet l’hypothèse d’un risque accru de troubles du spectre autistique chez des enfants nés de mères souffrant d’un déséquilibre hormonal important.

AUTISME. Les enfants nés de mères produisant un excès d’hormones mâles auraient un risque considérablement plus élevé de développer des troubles du spectre autistique, selon une étude épidémiologique de l’Institut Karolinska de Stockholm. Ces travaux publiés dans la revue Molecular Psychiatry émettent pour la première fois l’hypothèse d’un lien entre le syndrome de Stein-Leventhal et les troubles du spectre autistique (TSA).

Les femmes atteintes du syndrome de Stein-Leventhal (ou ovaires polykystiques, SOPK), entre 5 et 15% des femmes en âge d’avoir des enfants, sécrètent une quantité anormalement grande d’hormones androgènes, y compris pendant la grossesse. Or en étudiant les dossiers médicaux de tous les enfants de 4 à 17 ans nés en Suède entre 1984 et 2007, les chercheurs ont établi un lien statistique entre cette pathologie et les TSA.

Les troubles du spectre autistique (TSA) sont un ensemble de troubles envahissant du du comportement et du développement qui se manifestent notamment par des difficultés à établir des interactions sociales et à communiquer. Il apparaît dans la petite enfance et persiste à l’âge adulte.

Un risque d’autisme augmenté de 59%

“Nous avons découvert qu’un diagnostic de SOPK chez la mère augmentait de 59% le risque de TSA chez l’enfant”, a précisé la psychiatre Kyriaki Kosidou du département des Sciences de la santé publique à l’Institut Karolinska. “Le risque était encore plus important chez les mères atteintes à la fois de SOPK et d’obésité, une affection commune en cas d’excès plus marqué de production d’androgènes”, a-t-elle ajouté.

Alors que la prévalence de TSA est quatre fois plus importante chez les garçons que chez les filles, aucune différence notable dans l’exposition aux risques n’a été mise en évidence par cette étude. Les chercheurs soulignent que les “causes sous-jacentes” du lien possible entre le syndrome de Stein-Leventhal et l’autisme “ne sont pas entièrement claires” et que “des études approfondies sont nécessaires”.

“Il est trop tôt pour faire des recommandations spécifiques aux cliniciens en termes de soins aux femmes enceintes atteintes de SOPK, même si une sensibilisation au lien (supposé entre SOPK et TSA) pourrait permettre un dépistage plus précoce des TSA” chez les enfants à risque, selon Renee Gardner, co-auteur de l’étude.

Sciences et Avenir avec AFPPar Sciences et Avenir avec AFP

Publié le 10-12-2015 à 09h35A+A-

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 95