Un « bleu » chez un nourrisson de moins de 6 mois…

Commentaire.

Un bleu chez un petit tout petit c’est souvent de la maltraitance. C’est a cet âge que la maltraitance est la plus difficile à reconnaitre; les enfants sont isolés dans leur famille, et il n’ont aucune mémoire consciente, seul leur corps et leur psychisme parlera, plus tard, et souvent de façon dramatique. Tapez maltraitance dans les mots clés et relisez tout ce que nous avons publié depuis un an.

 

L’ARTICLE :

Les nourrissons de moins de 6 mois sont particulièrement à risque de maltraitance. Dans cette tranche d’âge, avant le développement de la mobilité, les contusions accidentelles sont rares. D’un autre côté, les troubles héréditaires de la coagulation peuvent déterminer des hématomes simulant une lésion traumatique. Pour le clinicien, l’appréciation d’une maltraitance est souvent difficile, influencée par sa perception personnelle et par l’existence de facteurs sociaux.

Un groupe de 20 équipes américaines consacrées aux maltraitances des enfants de moins de 10 ans, a mené une étude prospective, en 2010-2011, basée sur un protocole commun, en isolant les enfants de moins de 6 mois. La probabilité clinique de maltraitance, en présence d’une contusion même unique, a été cotée de 1 à 7 selon le nombre de lésions, leurs âges différents, leur localisation et leur type plus ou moins évocateur d’un mécanisme déterminé (boucle de ceinture, claque). Les recommandations américaines générales comportent la recherche de lésions intracrâniennes, des radios du squelette et le dosage des transaminases pour évoquer une lésion abdominale.

Au total, pour la période considérée, 980 sur 2 890 (33,9 %) enfants adressés aux équipes spécialisées avaient moins de 6 mois et parmi eux, 254/980 (25,9 %) ont eu des contusions identifiées. Au sein de ce groupe,  146/254 (57,5 %) avaient une ou plusieurs contusions, apparemment cliniquement isolées. Ces contusions étaient uniques dans 50 cas (34,2 %), de 2 à plus de 10 dans les autres cas. Elles siégeaient sur la face et la tête dans 75 %  des cas. Un type particulier de contusion a été identifié pour 30 sujets, 3 seulement accidentelle (morsure de chien), les autres d’un type particulier comme une marque de doigts. Parmi les enfants avec une seule contusion, 14/50 étaient considérés comme à haute probabilité de maltraitance.

En tout, 73/146 enfants (50 %) avaient au moins une lésion supplémentaire et 73/146 une forte suspicion de maltraitance, 43 avaient les deux. Les radios du squelette ont identifié 34 fois sur 146 (23,3 %) des lésions supplémentaires et l’imagerie cérébrale, scanner et/ou IRM, 40 fois sur 146 (27,4 %). Des lésions intra-abdominales ont été découvertes 4 fois (2,7 %). La recherche d’un trouble de l’hémostase, comprenant au moins taux de prothrombine et temps de céphaline, pratiquée pour 103/146 enfants n’a trouvé aucune anomalie.

En conclusion, les nourrissons de moins de 6 mois adressés en consultation de maltraitance même pour une seule contusion, sont à risque important de présenter des lésions supplémentaires révélées par l’examen physique, les radios du squelette et l’imagerie cérébrale.

Pr Jean-Jacques Baudon

Références

Harper NS et coll. : Additional injuries in young infants with concern for abuse and apparently isolated bruises. J Pediatr 2014; 165: 383-8

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/un_bleu_chez_un_nourrisson_de_moins_de_6_mois_146954/document_actu_med.phtml