TDAH: mettre les enfants au vert et/ou les emmener à la mer ?

Commentaire.

Encore un nouvel élément dans la rubrique «la médecine invente l’eau chaude».

La campagne et la mer font du bien pour les enfants qui ont des TDAH (déficit d’attention et ou hyper activité). Et bah oui, la mer et la nature font du bien, pas besoin de faire 10 ou 15 ans d’études pour savoir ça.

Et dans le sens inverse c’est peut être bien la manque de nature et la vie moderne artificielle qui crée tous ces troubles chez nos enfants «élémentaire mon cher Watson».

La prévalence mondiale des troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) s’élève à 5 %. Et il existe peu de données épidémiologiques sur l’impact des espaces verts sur le développement comportemental de ces enfants.

L’ARTICLE :

D’où l’intérêt de cette étude épidémiologique, très novatrice, qui avait pour objectif d’évaluer l’impact du contact avec les espaces verts et bleus (plages) sur les indicateurs du développement comportemental et les symptômes du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) chez les écoliers. Ce travail fait partie du BREATHE project (BRain dEvelopment and Air polluTion ultrafine particles in scHool childrEn) et concerne un échantillon de 2 111 écoliers (7-10 ans) issus de 36 écoles de Barcelone. L’enquête porte sur les différents aspects de contact avec les espaces verts, y compris l’utilisation, l’accès, la verdure environnante du domicile, et la présence de verdure à l’école.

Deux questionnaires ont été utilisés pour l’évaluation du comportement: le SDQ renseigné par les parents et le TDAH/DSM-IV rempli par les enseignants.

Les principaux enseignements de cette étude montrent une association bénéfique entre les indicateurs comportementaux et la durée de temps passé dans les espaces verts et les plages.

La présence de verdure autour du domicile et la fréquentation des espaces verts ont été inversement associés avec les scores de SDQ pour les difficultés totales et pour la plupart des sous-échelles, et avec les scores de symptômes du TDAH et d’inattention. Ces résultats suggèrent des effets bénéfiques (par exemple, moins de problèmes de comportement) associés à ces « mesures de contact » avec la verdure. De la même façon, l’augmentation du temps passé sur les plages améliore les scores. Par contre, la proximité résidentielle aux grands espaces verts ne modifie pas ces scores.

Ces résultats confirment les effets bénéfiques de contact avec espaces « verts et bleus » sur le développement comportemental chez les écoliers.

Cette étude donne un nouvel aperçu sur les avantages potentiels pour la santé des espaces verts et bleus, qui peuvent être d’une importance de santé publique, en raison du fardeau que représente la prise en charge des problèmes de comportement chez les enfants.

Dr Maryvonne Pierre-Nicolas

Référence

Amoly E et coll.: Green and Blue Spaces and Behavorial Development in Barcelona Schoolchildren : The BREATHE Project. Environnemental Health Perspectives 2014 ; 22 : numéro du 12 décembre 2014.

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/tdah_mettre_les_enfants_au_vert_et_ou_les_emmener_a_la_mer__149467/document_actu_med.phtml