Articles

Le stress prénatal affecte l'espérance de vie

Barrière protectrice du fœtus, le placenta n'arrête pas le stress. Et lorsqu'une future mère vit un événement difficile durant sa grossesse, le bébé qu'elle porte semble en subir les conséquences, parfois jusqu'à en perdre des mois de vie...

La connexion esprit-corps, bien plus dense qu’on ne le pensait

Des neuroscientifiques de l’université de Pittsburgh viennent d’identifier les connexions anatomiques entre de multiples zones du cerveau et la partie du corps qui gère le stress.

Comment l'art réduit le stress

L’art-thérapie est utilisée pour réduire le stress, quel que soit le niveau artistique de l'individu. Des chercheurs américains ont prouvé que la pratique d'une activité artistique permet effectivement de réduire le taux d’une hormone du stress : le cortisol.

La déshumanisation des étudiants permet-elle de former de bons médecins ?

Paris, le samedi 12 mars 2016 – Si l’on ignore tout des circonstances qui ont pu entraîner le suicide d’un interne en chirurgie de 27 ans à Marseille à la fin du mois de février, ce drame a soulevé une importante vague d’émotions dans la communauté médicale.

Les gens qui passent du temps dans la nature sont plus heureux et moins stressés

Il faut parfois prendre une pause et regarder autour de soi pour constater à quel point la nature est apaisante. Même s’il est moins évident de le faire lorsqu’on réside en milieu urbain, il est essentiel de passer du temps à l’extérieur de la ville.

Des fruits, des légumes et du poisson pour soutenir les performances cognitives des garçons!

Des fruits, des légumes et du poisson sont bons pour le cerveau, oui tout le monde le sait, mais surtout pour celui des garçons.

Gérer « l’alimentation émotionnelle » chez l’enfant, le rôle des parents

L’alimentation émotionnelle peut être définie comme une prise alimentaire en réponse à des émotions négatives telles que l’anxiété, la dépression, la colère ou un sentiment de solitude. Chez les adultes elle est associée à une consommation plus importante de produits sucrés, salés et de forte densité énergétique.

Le stress prolongé laisse des marques durables dans le cerveau

Le mécanisme du stress, mais aussi l’espoir de récupération possible grâce à la plasticité cérébrale. Je pense que l’attention et l’amour favorisent cette plasticité et cette possibilité de reconstruction. C’est bien là surement la clé de compréhension de la résilience.

Ebola : les inquiétudes du découvreur du virus

Il faut s’interroger encore une fois sur ce qui se passe réellement. Il y a d’abord les dissonances dans les systèmes de santé. L’OMS qui traine puis qui s’emballe, façon de reprendre le leadership. Puis les labos qui trouvent comme d’habitude que ce nouveau virus peut sentir les dollars et se présentent en sauveurs. Mais il y a aussi les systèmes de santé de ces pays où le virus sévit. La méfiance de ces populations par rapport aux systèmes de santé occidentaux, et on peut les comprendre. Nous les occidentaux essayons de mettre ces populations au rythme de nos normes sanitaires. Normes insupportables à la fois socialement, culturellement et financièrement.

Cancer : où est vraiment le risque ?

Un article qui dit des choses évidentes mais si révolutionnaires sur l’origine des cancers. Et qui étudie sans préjugés la réalité de nos réactions."La surprise de découvrir que le tabac n'était finalement pas si dangereux pour la santé, pas plus que l'alcool, et que les régimes alimentaires tant vantés jusqu'ici n'étaient pas si protecteurs, pas plus que le sport.... l'importance du stress dans la maladie cancéreuse..."