Articles

Cette plante étonnante est 100 fois plus efficace que la chimiothérapie

Le pissenlit que nous connaissons bien est un anticancéreux 100 fois plus efficace que la chimiothérapie. Il est actif pour une forme de leucémie grave, qui symboliquement correspond a un état de dévalorisation tel, que avec humour, je dirais qu’il vous reste sous forme de désir et de sexualité seulement la possibilité de « pisser au lit ». Voir de « manger les pissenlits par la racine ».

Les fantasmes sexuels anormaux existent-ils ?

Le fantasme a un rôle de base dans notre équilibre, il est un peu le moyen de libération pour arriver à dépasser nos peurs et nourrir la fluidité de la sexualité. Allons n’aillons pas honte, ils sont très fréquents, au point peut être même qu’il faut s’interroger sur leur absence annoncée. Honte, peur, blocage ?

Les hommes préfèrent les fines... depuis toujours

Pour se reproduire les femmes cherchent la force qui pourra protéger ses enfants, et l’homme cherche des signes de fécondité, de sexualité et de santé.

Science décalée : pourquoi les hommes aiment-ils tant les seins ?

Il existe plusieurs théories expliquant l’attirance des hommes pour les seins des femmes. La dernière en date, proposée par le psychologue Larry Young, défend l’idée qu’elle viendrait d’un circuit de neurones particulier servant à favoriser l’attachement d’une mère pour son petit pendant l’allaitement, mais aussi à son partenaire qui stimule la poitrine durant les rapports sexuels.

Injections intra-lésionnelles d’interféron dans la maladie de La Peyronie, quels résultats ?

La maladie de La Peyronie (MLP), décrite en 1743 par François Gigot de La Peyronie, premier chirurgien de Louis XV, est caractérisée par une induration plastique de l’albuginée des corps caverneux de la verge ; survenant surtout entre 40 et 60 ans, elle associe habituellement une courbure pénienne, une inflammation et des douleurs, qui retentissent sur la vie sexuelle. Non traitée, elle évolue vers une aggravation de l’incurvation. Parmi les nombreux traitements proposés, les injections intra-lésionnelles (IIL) sont les plus performantes ; les auteurs américains ont utilisé l’interféron-α2B (IFN) dont ils ont évalué l’efficacité en fonction de la précocité du traitement tout en essayant de déterminer les facteurs prédictifs de réussite.

Vulvodynies, plus de femmes qu’on ne croit…

Une vaste enquête réalisée aux Etats-Unis a mis en évidence la fréquence des vulvodynies, ces douleurs ou brûlures vulvaires persistantes, au cours ou au décours de rapports sexuels, en l’absence d’anomalies objectives, telles qu’une infection ou une dermatose.