Articles

Akkermansia muciniphila, la bactérie du microbiote marqueur du syndrome métabolique

Une abondance de Akkermansia muciniphila et à une bonne diversité du microbiote sont associées à un meilleur métabolisme des glucides chez les personnes obèses, selon une étude française ...

Obésité : plus de 650 millions de personnes dans le monde

Alors que l’insuffisance pondérale a diminué, l’obésité et le surpoids ont augmenté depuis 40 ans dans le monde, atteignant près de 13% de la population.

Coca-Cola accusé de payer des médecins pour vanter ses boissons light

Light, zéro, Life, chez Coca-Cola, les produits présentés comme «bons pour la santé» sont nombreux. Les investissements du géant américain dans la recherche le sont également.

Avoir un petit frère ou une petite sœur, c'est bon pour la santé

Les enfants qui ont un petit frère ou une petite sœur, pas trop âgés, ont moins de risque de devenir obèses à six ans. L'effet est mal expliqué mais vient d'être repéré chez des enfants aux États-Unis.

Boissons sucrées : quand l'industrie biaise les résultats

Une étude espagnole a analysé les études concernant l'impact des boissons sucrées sur le poids. Selon qu'elles étaient ou non financées par une marque.

La pollution atmosphérique pourrait augmenter le risque d'obésité »

Des chercheurs de l'université américaine de Duke ont trouvé que le fait d'inhaler un air très pollué pendant à peine quelques semaines pouvait non seulement augmenter le risque de maladies cardio-respiratoires mais aussi le risque d'obésité

Un nouvel aperçu de la dépendance alimentaire dans l'obésité de l’enfant

Des études récentes ont évoqué le concept de « dépendance alimentaire », qui joue un rôle dans la consommation de plusieurs sortes d'aliments, en particulier les aliments riches en glucides.

Les perturbateurs endocriniens, une grosse implication dans l’obésité ?

Dix-sept pour cent des enfants américains de 2 à 19 ans sont maintenant obèses et 32 % sont en surpoids. L'augmentation inexorable de l'obésité chez les enfants de moins de 2 ans est encore plus alarmante…

Obésité : encore un paradoxe !

Un article sur l’obésité qui serait protectrice en cas de séjour en réanimation

Les paradoxes de l'obésité n'ont pas livré tous leurs secrets

Les paradoxes de l‘obésité, ou la remise en cause des idées reçues. L’obésité qui peut favoriser le diabète par exemple ne favorise pas les maladies cardiovasculaires contrairement à ce que l’on a pensé si longtemps. Plus encore, elle protégerait. Elle a donc une intention positive, en clair, vous n’êtes pas gros pour rien et ainsi vous vous protégez de pire.

Obésité, le rôle clé de l'intestin grêle

Des chercheurs français ont découvert d'importantes modifications intestinales dans l'obésité, notamment une perturbation de la régulation des sucres et des lipides qui pourrait expliquer les dégâts induits pour la santé.

Un peu plus sur le lien entre obésité maternelle et mortalité infantile

Assez intéressante mais terrible cette étude ! Plus une femme a un surpoids important, plus il y a une mortalité infantile importante. Ces causes sont plus la situation d’enfants nés à terme que de prématurité et on y retrouve asphyxie morbidité à la naissance et après, mais aussi des malformations, ce qui est intéressant à regarder et à comprendre.

Alimentation du couple : effets sur la santé du bébé et de l’adulte

Nous poursuivons notre enquête sur les liens entre le vécu de la grossesse et l’état futur de l’enfant. Nous avons déjà parlé du lien entre l’état maternel et le risque de troubles psychologiques de l’enfant; des traumatismes de la petite enfance et de l’état de l’adulte. Aujourd’hui nous découvrons une évidence. Le fait que les parents mangent bien a une action positive sur l’enfant à naitre. Evident, mais malheureusement pas vraiment prêché par la médecine.

Déclin cognitif : cela dépend du groupe sanguin ?

Très étonnante cette étude mais finalement pas tant que cela. Les groupes O seraient moins exposés et les AB le plus exposés. Les groupes O correspondent au début de l'humanité et les AB les plus évolués, il ne sont apparus que vers le 11°siècle de notre ère. En fait plus vous êtres proches de l'origine moins vous risquez le déclin, plus vous êtes évolués, plus vous êtes exposés.

De la maltraitance dans l’enfance à l’inflammation chronique

Commentaire d'Olivier Soulier. Quelle logique dans tout cela ? Ce qui est surtout important c'est que ces liens commencent à être mis en évidence, à la fois dans leur mécanisme et dans leur existence. Maltraiter un enfant le rend malade à l'âge adulte. L'inflammation parle de colère. Ses facteurs sont la C réactive protéine, le fibrinogène, les cytokines.