Articles

Une ancienne employée de Merck l'avoue: "l'obligation vaccinale, c'est pour le profit et pas pour la santé publique"

Brandy a effectué des recherches sur la sécurité des vaccins. Elle a trouvé que, non seulement les vaccins contenaient des produits toxiques connus qui pouvaient provoquer des dégâts neurologiques, mais aussi...

L’AP-HP décide d’accélérer la fermeture de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches

Nous vous tenons au courant régulièrement du devenir de ce magnifique service du Dr Delepine. Pour en savoir plus regardez le film de Jean Yves Bilien sur ce service. «Cancer mortel business». Seul service en France refusant encore d’appliquer les dogmes de l’industrie pharmaceutique et obtenant des résultats de survie totalement inégalés.

GSK déclare vouloir arrêter de soudoyer les médecins

Commentaire d'Olivier Soulier. Formidable ! Le patron de GSK avoue la corruption, la collusion. Les questions qui se posent maintenant sont: Quel procureur va le mettre en examen ? Devant quel tribunal va t il être jugé ? Est-ce de la compétence d’un tribunal Français pour son action en France, ou ne serait-il pas mieux qu’il soit traduit devant la CPI (la cour pénale internationale) à La Haye ? A quelle peine ( on espère de prison ferme) sera t il condamné ? Cela va t-il faire jurisprudence vis à vis des pratiques pharmaceutiques ? Allons nous enfin avoir une médecine dans l'intérêt des patients ?

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"

John Virapen, 64 ans, livre le récit de son parcours dans l'industrie pharmaceutique. Une confession professionnelle peu ordinaire. Commentaire de Olivier Soulier. Tout a fait étonnant, ce patron d’un grand laboratoire, Eli Lilly, qui se repent et fait ses confidences sur un des plus grands succès de l’industrie pharmaceutique : le Prozac. Il avoue avoir corrompu, dissimulé de nombreux effets secondaires de suicides, grâce à des experts psychiatres, qu’il reconnait avoir manipulé froidement.

Jacques Servier, entre ombre et lumière

Commentaire de Olivier Soulier. Jacques Servier vient de décéder. Voilà un petit éclairage sur sa vie de monstre froid. Au moins 1500 morts voir peut etre beaucoup plus. Mais cela paraît si naturel aujourd’hui à l’heure de l’impunité des grands groupes pharmaceutiques.

Editorial de la lettre Médecine du sens n°21

LA DELINQUANCE DE BIG PHARMA. «Silence ! On tue et on vole, et en plus on risque rien !». Une chronique au vitriol sur la délinquance de l’industrie pharmaceutique. Jacques Servier vient de mourir sans jamais avoir été vraiment inquiété. C’est un grand parrain de la mafia pharmaceutique qui s’en va sans avoir été réellement mis face aux 1500 morts qu’il a sur la conscience.