Articles

"Nous avons lancé le processus de deuil de notre propre espèce"

Paul Jorion n'est pas de ceux qui vous redonnent foi en l'avenir. Dans son dernier ouvrage Le dernier qui s'en va éteint la lumière, l'anthropologue estime qu'il ne reste que deux ou trois générations à l'humanité avant de disparaître.

Un quart des décès dans le monde sont liés à l'environnement

23 % des décès dans le monde découlent d'une cause liée à l'environnement, révèle l'OMS. Mais qu'entend-elle par le terme "environnement" ?

En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans l'océan, selon le Forum de Davos

L'utilisation massive de platiques est telle que les océans abriteront plus de détritus plastiques que de poissons en 2050, s'est alarmé mardi le forum économique mondial de Davos.

Maladies émergentes : les épidémies sont à nos portes

Quelles sont les maladies émergentes qui pourraient débarquer prochainement en France métropolitaine ? Petit tour d'horizon.

MEXIQUE. La population de papillons monarques devrait quadrupler

La population de papillons monarques (Danaus plexippus) venant hiberner au Mexique devrait quadrupler cette année grâce à des actions conjointes du Canada, des Etats-Unis et du Mexique, selon le ministre mexicain de l'Environnement.

Des enfants qui naissent « prépollués »

Les enfants naissent déjà pré pollués, c’est-à-dire intoxiqués. Les parents sont intoxiqués et transmettent à leurs enfants. La charge augmentant de génération en génération. Avec à la fin, l’autisme comme maladie toxique quand l'organisme n’en peut plus et que le cerveau bugge.

En bref : l'épidémie d'Ebola incontrôlable en Afrique de l’ouest ?

Est-ce la première épidémie hors de contrôle ? La première de l’ère post antibiotique. Manifestement les moyens de la médecine classique sont dépassés et inadaptés, voir ici ridicules. Allons nous devoir enfin revenir à une conception globale du vivant pour trouver des solutions à ce nouveau défi de la vie. ?

Les végétariens tuent 25 fois plus d'animaux doués de sensibilité par kilogramme 

Voila une information totalement surprenante et à l’opposé de ce que défendent les végétariens. La consommation de viande détruirait moins d’être vivant sensible qu’une nourriture végétarienne. « Les céréales et légumineuses conduisent à la destruction des écosystèmes indigènes, mettent en péril la survie des espèces indigènes et causent au moins 25 fois plus de morts d'animaux sensibles par kilo de nourriture. Le défi du consommateur éthique est de choisir le régime qui provoque le moins de morts et de dommages à l'environnement. Un régime omnivore comprenant de la viande rouge d'animaux élevés sur pâturages semble être le régime le plus éthique et il l'est encore plus quand il contient de la viande durable de kangourou prélevée dans la nature»

Prévention du cancer du sein : les substances chimiques à éviter au quotidien

Encore un aspect des toxiques extérieurs. Je crois qu’il ne se passe pas une semaine sans que la presse se fasse l’écho de 3 ou 4 découvertes de produits toxiques de notre environnement et de leurs conséquences, que ce soit en cancer, autisme, stérilité, troubles métaboliques et endocriniens.

Perturbateurs endocriniens et fertilité féminine

Excellent article qui explique bien le processus de toxicité et la réalité de la transmission aux générations suivantes. La liste des toxiques est impressionnante. Nous connaissons l’action des perturbateurs endocriniens sur les systèmes adultes, et le rôle des toxiques sur la chute des spermatozoïdes. Il apparaît bien expliqué ici l’action non plus de blocage d’organismes constitués, mais de perturbation du développement in utero des potentiels de fécondité future. Cela va aussi modifier l’anatomie génitale et générer des pathologies comme l’endométriose chez la femme adulte.

Les causes de l'autisme à moitié génétiques et à moitié environnementales

Commentaire de Olivier Soulier. La part environnementale apparaît de plus en plus importante dans l’apparition de l’autisme. L’intoxication est surement le maître mot. Les enfants ainsi "plombés" si je peux me permettre l’expression ne peuvent plus ensuite se développer normalement, accumulent les retards jusqu'à décrocher. Ils deviennent la proie des infections multiples qui ne font que nourrir le cercle vicieux.

Le retentissement foetal et néonatal de l’alimentation maternelle

L’impact de l’environnement sur la fonction de reproduction et sur la qualité des gamètes a fait l’objet de nombreuses publications. Ont ainsi été incriminés l’exposition aux polluants atmosphériques, à l’eau, au tabac, l’alimentation ou encore le mode de vie. Récemment, l’Institut de veille sanitaire a rapporté un déclin constant des paramètres spermatiques en 17 ans : diminution de 32,2 % de la concentration spermatique entre 1989 et 2005(1). S’il est difficile, au niveau individuel, d’agir sur la qualité de l’air ou de l’eau, ce n’est pas le cas du comportement alimentaire...