Articles

Mortalité infantile élevée dans les pays qui vaccinent le plus

Une étude terrible qui parle d’elle même. Dans les pays à niveau de vie élevé, plus vous vaccinez plus la mortalité infantile est élevée. Impressionnant et inquiétant.

Contre le cancer, les enfants ne servent pas de cobayes

Nicole Delépine et les familles des enfants cancéreux continuent de se battre pour sauver ce qui est peut être le dernier service qui ne rentre pas dans la norme d’une médecine totalement sous l’emprise des protocoles et derrière les protocoles «Big pharma».

Des traces de pesticides dans les cheveux des enfants

Le Parisien annonce que « pour la première fois en France, une association a fait expertiser par un laboratoire indépendant des mèches de cheveux de 30 écoliers âgés de 3 à 10 ans afin de mesurer le niveau d'imprégnation aux pesticides de ces enfants vivant ou allant à l'école dans des zones agricoles ». « Le résultat, dévoilé aujourd'hui par l'association Générations futures, fait froid dans le dos. Vingt et un résidus de pesticides ont été détectés en moyenne sur chaque mèche », constate le journal.

EXPPERT: Quelles expositions des enfants aux pesticides perturbateurs endocriniens ?

Quelles expositions des enfants aux pesticides perturbateurs endocriniens ? Commentaire de Olivier Soulier. Etude très précise des perturbateurs endocriniens. A télécharger, à garder à côté de soi quand on choisit ses produits.

« Autisme : les antidépresseurs durant la grossesse de nouveau pointés du doigt »


Commentaire d'Olivier Soulier. Certaines maladies vont nous interroger sur notre mode de vie, notre environnement, la médecine, les pollutions et toutes les pratiques humaines. Elle apparaissent comme des épidémies, mais sont en fait provoquées par notre mode de vie. Et comment pourrai t-il en être autrement ? Aucune autre hypothèse n’est plausible. La génétique n’a pas changé complètement en 30 ans.

La mémoire spatiale programmée via le lait maternel ?

Commentaire de Olivier Soulier. Très intéressante information. Le TNF est un facteur bien connu de la réaction immunitaire (cytokine), dans sa phase aiguë, rougeur, chaleur, tumeur, douleur. A ce niveau il aide au développement de l’immunité du futur adulte. Il apparait ici dans une toute autre fonction. Le TNF maternel est transmis à l’enfant par l’allaitement. Son déficit donne des souris qui ont une meilleure mémoire spatiale. Tiens donc. Cette baisse du TNF maternel provoque chez l’enfant un plus grand développement des cellules de l’hippocampe et en conséquence une meilleure capacité chez l’adulte de mémoire spatiale.

Moindre efficience cognitive chez l’enfant d’une mère déprimée ou mal nourrie

Bien que le contrecoup d’une dépression maternelle sur l’enfant (avant, pendant ou après la grossesse) soit bien établi, on a peu d’informations sur le retentissement préjudiciable de cette dépression et d’une mauvaise alimentation de la mère durant la grossesse sur les fonctions cognitives de l’enfant. Mettant à profit les données de l’enquête longitudinale ALSPAC[1], une étude britannique évalue l’incidence des troubles dépressifs maternels sur le développement cognitif de l’enfant. La symptomatologie dépressive de la mère a été évaluée « à cinq reprises entre la 18ème semaine de grossesse et au 33ème mois après l’accouchement. »

Des liens complexes entre maltraitance et mort subite du nourrisson.

La mort subite inattendue du nourrisson (MSIN) a des étiologies diverses. Plus de la moitié des cas entrent dans le cadre du syndrome de mort subite (SMS) ou Sudden Infant Death Syndrome (SIDS) dont le diagnostic ne peut être accepté qu’après une autopsie complète, une enquête sur les lieux du décès et l’analyse des antécédents médicaux. Les certificats de décès peuvent encore comporter, dans 14 % des cas, la mention accident de suffocation ou de strangulation dans le lit, ce qui vient ajouter à la confusion. Enfin, environ 30 % des décès sont notés comme de cause non spécifique.

Anomalie de la croissance foetale, risque accru de troubles autistiques

Un risque accru d’autisme en cas d’anomalie de la croissance fœtale, en plus ou en moins

Grande famille, nombreux germes et moindre risque de dermatite atopique !

Une diminution de l’exposition microbienne dans les premiers stades de la vie pourrait favoriser une dysrégulation immunitaire et le développement des maladies atopiques. Des études sur l’animal ont montré que la tolérance orale est difficile à établir chez des animaux axéniques. Des modifications du mode de vie (régime alimentaire, utilisation d’antibiotiques, augmentation de l’hygiène et diminution de la fratrie) peuvent influencer la microbiote intestinale.

MALTRAITANCE infantile, dépression à l'âge adulte

Un enfant sur dix est exposé à la maltraitance, psychologique, physique, sexuelle ou à la négligence. La maltraitance à l’enfance multiplie par 2 le risque de développer des épisodes dépressifs à la fois multiples et durables.

La MALTRAITANCE abime le cerveau de l’enfant et déprime l’adolescent

Neuropsychopharmacology La maltraitance infantile modifie la substance blanche du cerveau entraînant une susceptibilité particulière, plus tard dans la vie à certains troubles mentaux, comme la dépression ou l'usage de drogues.

Nouvelle campagne cinglante contre la gifle

Une nouvelle fois, la Fondation pour l’Enfance veut faire passer le message qu’il n’existe pas de « petite claque » et que toute gifle ou fessée a un impact sur les enfants.