Articles

« Schizophrénie : les troubles cognitifs seraient liés à l'inflammation cérébrale »

Anne Prigent relate dans Le Figaro les résultats d’une étude française parue dans Schizophrenia Bulletin, selon lesquels « l'inflammation observée chez des patients schizophrènes est associée à un niveau intellectuel général plus bas et à des déficits cognitifs plus prononcés ».

La méditation pour lutter contre les maladies inflammatoires ?

La maltraitance de l’enfance peut-être responsable de nombreux troubles dépressifs ou psychiatriques. Elle peut aussi donner une augmentation de la CRP, molécule marqueur de l’inflammation. Voilà maintenant que la méditation peux lutter contre l’inflammation. La boucle est bouclée. Voilà un exemple de comment nous pouvons tomber malade et comment guérir ou se rééquilibrer.

CRP élevée pendant la grossesse : un risque accru de schizophrénie pour l’enfant ?

Cette étude montre comme je le propose depuis longtemps le lien pathologie infectieuse et schizophrénie. C’est le cas aussi, comme je le pense de beaucoup de maladies mentales, auto immunes ou chroniques. Ici la preuve ou le principe est la CRP qui est un marqueur de l’inflammation, donc de l’infection. Ce qu’il est important de comprendre c’est que chaque microbe correspond à un type de conflit biologique et psychologique.

Un effet cumulatif des facteurs de risque en matière de psychose

Voilà encore un article qui parle du lien, psychose - traumatisme de l’enfance. Si nous mettons cela en lien avec l’article sur les causes génétiques de la schizophrénie, l’ensemble devient cohérent.

De la maltraitance dans l’enfance à l’inflammation chronique

Commentaire d'Olivier Soulier. Quelle logique dans tout cela ? Ce qui est surtout important c'est que ces liens commencent à être mis en évidence, à la fois dans leur mécanisme et dans leur existence. Maltraiter un enfant le rend malade à l'âge adulte. L'inflammation parle de colère. Ses facteurs sont la C réactive protéine, le fibrinogène, les cytokines.