Articles

Cancer : une malade en rémission grâce au virus de la rougeole

Commentaire : Cet article va bien dans le sens de ce que j’appelle "la Théorie des microbes". Le lien entre une maladie et un microbe. Il est à mettre en lien avec le rapport «Streptocoque - Sarcome» et l’article que nous avons diffusé et commenté.

McDonald's dévoile tous les additifs utilisés dans ses produits

On a beau le savoir d’intuition, ou de vécu, l’avoir vu dans le film «Super size me», avoir l’info depuis longtemps, quand on voit la liste c’est impressionnant ! Comment des états dignes de ce nom peuvent tolérer que continuent à prospérer de tels empoisonneurs ? Mettez cela à côté de mes commentaires sur l’autisme et les maladies chroniques et réfléchissons...

Portable à haute dose : le danger se confirme

Après de très nombreuses dénégations, tant des autorités médicales que des opérateurs, l’évidence commence à apparaître. Elle n’est reconnue que pour les gros consommateurs. Et cela commence à 1/2h par jour, ce qui veut dire en fait que cela concerne beaucoup de monde. Ajoutons que plus le cerveau est jeune et encore immature,plus il est sensible. Tout cela n’est que la part visible de l’iceberg. Le début de la prise de conscience d’une électrosensibilité croissante. La surcharge qui sensibilise peu à peu des pans entiers de la population.

Prévention du cancer du sein : les substances chimiques à éviter au quotidien

Encore un aspect des toxiques extérieurs. Je crois qu’il ne se passe pas une semaine sans que la presse se fasse l’écho de 3 ou 4 découvertes de produits toxiques de notre environnement et de leurs conséquences, que ce soit en cancer, autisme, stérilité, troubles métaboliques et endocriniens.

Les jeunes « inquiets pour leurs hormones »


C’est ce que note Le Parisien, qui indique que « 35.000 jeunes ont répondu à l’enquête lancée par une association écolo sur les perturbateurs endocriniens, suspectés d’impacter la fertilité ». Le journal remarque ainsi que « Génération cobayes entend animer cette semaine de très sérieux séminaires dans différents campus universitaires. […] L’association écologiste veut sensibiliser les jeunes sur la façon de «protéger leurs hormones» ».

Cancer de l'utérus : 420 médecins s'inquiètent des effets du Gardasil

Le Journal du Dimanche annonce que « 420 médecins réclament "une mission parlementaire" pour évaluer l'opportunité du vaccin censé prévenir le cancer du col de l'utérus. […] Parmi eux, la pneumologue Irène Frachon, le médecin blogueur Dominique Dupagne, plusieurs membres du collectif Formindep – tous connus pour leur indépendance vis-à-vis de l'industrie – de nombreux généralistes, quelques pédiatres et gynécologues ainsi que des pharmaciens et des sages-femmes (plus de 700 professionnels de santé au total) », précise le journal.

Café et risque cardiovasculaire : une analyse bien tassée !

Le café, de par sa teneur en caféine, n’est pas dénué d’effets sur l’organisme. Cette base xanthique est connue pour ses vertus psychostimulantes et légèrement diurétiques, entre autres. Elle accélère le rythme cardiaque et, à fortes doses, elle peut avoir un effet bathmotrope positif. Des livres entiers ont été consacrés à cet or noir qui a toujours fasciné les humains. Selon Paracelse : “tout est poison, et rien n’est sans poison; ce qui fait le poison c’est la dose».

Cancer du sein : une nouvelle étude relance la polémique sur les mammographies

Le Parisien et L'Express indiquent que « la pratique de mammographies annuelles ne permet pas de réduire la mortalité par cancer du sein, selon une étude canadienne [parue dans le British Medical Journal] qui relance la polémique autour de l'intérêt des campagnes de dépistage organisé ». Le Parisien explique que cette étude de la Canadian National Breast Cancer Screening Study, « réalisée sur près de 90.000 femmes âgées de 40 à 59 ans, suivies pendant 25 ans, a montré que les femmes qui avaient subi des mammographies annuelles pendant 5 ans n'avaient pas moins de risque de mourir d'un cancer du sein que celles ayant seulement bénéficié d'un examen physique ».

Où l’on reparle du dysfonctionnement immunitaire en psychiatrie

Contrairement à la vision simpliste reprenant la métaphore informatique opposant classiquement le « soft » (logiciel) au « hard » (matériel) pour assimiler la psychiatrie aux dysfonctionnements d’une sorte de « logiciel » cérébral, et la neurologie à ceux du substrat physique (anatomo-physiologique), des recherches récentes suggèrent que les choses seraient sans doute plus subtiles, et parfois imbriquées. On a découvert ainsi que certains troubles étiquetés « psychiatriques » (anxiété, dépression, confusion, troubles mnésiques, changement de personnalité, troubles du sommeil…) sont parfois liés à des pathologies auto-immunes.

« Les maladies chroniques, la nouvelle crise écologique »


Libération publie un long entretien avec le chimiste et toxicologue André Cicolella, cofondateur du Réseau environnement santé, qui « alerte sur la pandémie de cancers, diabètes, maladies respiratoires… Une crise sanitaire liée selon lui à la pollution et à notre mode de vie ». André Cicolella relève notamment qu’« il y a 50 ans, la majorité des décès dans le monde était causée par des maladies infectieuses. Aujourd’hui 2 décès sur 3 sont le fait de maladies chroniques.

Ce vaccin contre le cancer... qui ne sera pas commercialisé

Une stratégie originale de guérison du cancer mise en évidence au début du siècle a été purement et simplement... oubliée. Le journal Nature a récemment raconté une histoire extraordinaire*. On y voit à l'oeuvre le meilleur de la démarche scientifique : la capacité d'observation, l'intelligence de l'analyse et l'audace de l'expérimentation.

On sait pourquoi les chiens protègent contre l'asthme

Les jeunes enfants possédant un chien ont moins de risque de développer des allergies. Des travaux chez la souris montrent que la présence de cet animal modifie la flore intestinale et protège contre ces pathologies. Voilà une bonne raison d’offrir à vos petits un nouveau compagnon pour les fête de Noël…

Cancer bronchique : 5 fois plus de suicides…

Aux Etats Unis, le cancer bronchique représente la première cause de décès par cancer, dans les deux sexes. Il est par ailleurs établi que le taux de suicide chez les patients atteints de cancer est plus élevé que dans la population générale.

Helicobacter pylori dans l’enfance, les points sur le « i »

Helicobacter pylori (HP) est une bactérie qui colonise la muqueuse gastrique et provoque une gastrite active et chronique persistante source d’ulcères gastriques et duodénaux, facteurs de risque de cancers et lymphomes. L’infection survient habituellement tôt dans l’enfance, en particulier dans les pays pauvres et sa prévalence augmente avec l’âge, atteignant 65 % à l’adolescence alors qu’elle est en baisse dans les pays occidentaux mais non en Asie.