Articles

Un enfant américain sur 2 pourrait souffrir d'autisme d'ici 10 ans

Une chercheuse du célèbre MIT (Institut universitaire du Massachussets) vient de faire une déclaration surprenante sur l'autisme. Selon elle, un enfant américain sur deux pourrait souffrir d'une forme d'autisme à l'horizon 2025. Commentaire. Terrifiant, mais malheureusement vrai. Intolérance au gluten et autisme. La question est jusqu'où cela va t il aller avant que le Round Up soit interdit. Aucune civilisation ne pourra survivre à la charge d’un humain sur deux autiste.

En bref : vaccinera-t-on bientôt les foetus ?

Dans la rubrique «du grand n’importe quoi», ou comme dirait Coluche «jusqu'où s'arrêteront-ils» Je pense que cet article pourrait avoir une place honorable. Il y a de la part d’une certaine science un désir de faire entrer les manipulations humaines dans les plus profondes parties de notre être. La sagesse humaine, je pense permettra de ne pas tomber dans ces travers. Nous serions aussi ici avec ce type de pratiques dans un risque d’autisme majeur.

McDonald's dévoile tous les additifs utilisés dans ses produits

On a beau le savoir d’intuition, ou de vécu, l’avoir vu dans le film «Super size me», avoir l’info depuis longtemps, quand on voit la liste c’est impressionnant ! Comment des états dignes de ce nom peuvent tolérer que continuent à prospérer de tels empoisonneurs ? Mettez cela à côté de mes commentaires sur l’autisme et les maladies chroniques et réfléchissons...

Prévention du cancer du sein : les substances chimiques à éviter au quotidien

Encore un aspect des toxiques extérieurs. Je crois qu’il ne se passe pas une semaine sans que la presse se fasse l’écho de 3 ou 4 découvertes de produits toxiques de notre environnement et de leurs conséquences, que ce soit en cancer, autisme, stérilité, troubles métaboliques et endocriniens.

Les causes de l'autisme à moitié génétiques et à moitié environnementales

Commentaire de Olivier Soulier. La part environnementale apparaît de plus en plus importante dans l’apparition de l’autisme. L’intoxication est surement le maître mot. Les enfants ainsi "plombés" si je peux me permettre l’expression ne peuvent plus ensuite se développer normalement, accumulent les retards jusqu'à décrocher. Ils deviennent la proie des infections multiples qui ne font que nourrir le cercle vicieux.

Editorial de la Lettre de la Médecine du sens n°22

Je voudrais partager dans cette lettre un problème croissant pour notre civilisation : l’intoxication, et par là les conséquences de notre civilisation moderne chimique et technique. Cela fait peser un risque sur la survie même de notre espèce, sans catastrophisme particulier, vous réaliserez surement dans quelques années que ce que je vous dit ici est largement en dessous de la réalité. Le 20° siècle a débuté par de grands progrès scientifiques qui ont relégué au rang de l’histoire beaucoup de pratiques traditionnelles. Acupuncture et homéopathie ont été marginalisées. La médecine triomphante avec les vaccins et les antibiotiques allait tout résoudre.

« Autisme : les antidépresseurs durant la grossesse de nouveau pointés du doigt »


Commentaire d'Olivier Soulier. Certaines maladies vont nous interroger sur notre mode de vie, notre environnement, la médecine, les pollutions et toutes les pratiques humaines. Elle apparaissent comme des épidémies, mais sont en fait provoquées par notre mode de vie. Et comment pourrai t-il en être autrement ? Aucune autre hypothèse n’est plausible. La génétique n’a pas changé complètement en 30 ans.

SEP, l’hérédité pèse moins lourd que prévu

Les mécanismes de déclenchement de la sclérose en plaques (SEP) sont encore mal connus. Des facteurs environnementaux ont été incriminés, notamment certaines infections virales. Les enquêtes épidémiologiques ont aussi mis à jour l’implication de facteurs génétiques et plus de 100 gènes ou loci génétiques ont été décrits comme associés à la maladie. Il est encore difficile de déterminer précisément la part de chacun de ces deux types de facteurs dans l’apparition de la SEP.

Autisme : utilisation bénéfique d'un traitement diurétique

Le Parisien observe que « les niveaux de chlore anormalement élevés dans les neurones du fœtus pendant l'accouchement sont déterminants dans l'apparition de l'autisme et peuvent être réduits par l'administration précoce d'un médicament diurétique, selon une étude sur l'animal » parue dans Science. Le journal note ainsi que « le Pr Yehezkel Ben-Ari, directeur de recherche émérite à l'Inserm et son équipe de l'Institut de neurobiologie de la Méditerranée (INMED) […] viennent de franchir un cap dans la compréhension de ce trouble du développement ».

Lyme Autisme et traitement antibiotique.

Maladie de Lyme, syndrome autistique et traitement antibiotique : une re ́flexion a` partir d’un cas.

Anomalie de la croissance foetale, risque accru de troubles autistiques

Un risque accru d’autisme en cas d’anomalie de la croissance fœtale, en plus ou en moins