Sauve qui peut, le serpent de mer refait surface !

Commentaire.

Je ne vois qu’un mot pour qualifier cet article de Science et Avenir : LAMENTABLE.

Face à une des plus grandes découvertes du siècle, par un de nos plus grands scientifiques.

C’est d’un rare obscurantisme. Comment un esprit scientifique peut tenir un tel discours ? Mais il est surement représentatif d’une part assez important de certains milieux enfermés dans une impossibilité de voir.

Nous pouvons même nous interroger sur la structure interne et les peurs qui peuvent amener une personne à de tels blocages et de telles positions.  Je pourrai même dire que cela pourrait représenter un modèle expérimental pour comprendre le principe de l’obscurantisme.

L’ARTICLE :

La mémoire de l’eau de feu Jacques Benveniste est de retour. Et pas sous la férule de n’importe qui, mais d’un prix Nobel, excusez du peu, Luc Montagnier, récompensé en 2008 avec Françoise Barré-Sinoussi pour la découverte du virus du sida. Un documentaire “On a retrouvé la mémoire de l’eau” est actuellement diffusé sur France 5 et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne fait pas honneur au service public…

Les expériences actuelles de Luc Montagnier sont dans la droite ligne de celles de Benvéniste : montrer que de l’eau mise en contact avec des macro molécules (comme de l’ADN par exemple) peut restituer la forme et la composition de ces dernières en leur absence, par la mesure des champs électromagnétiques émis.

Une portée scientifique limitée

Jamais publiés, uniquement présentés dans des colloques et n’ayant donc qu’une portée scientifique limitée (car rappelons que pour qu’un fait scientifique soit avéré, il faut que les expériences qui le sous-tendent soient reproduites par des équipes indépendantes), les résultats de Luc Montagnier ne font pourtant l’objet d’aucune critique ni du moindre recul dans ce documentaire de France 5.

Aucun des milliers de biologistes travaillant dans l’hexagone n’était donc disponible pour un commentaire sur une découverte susceptible de bouleverser un siècle et demi de science ?

Un film amnésique et partisan

Amnésique, partisan et manquant du recul nécessaire, le film joue de surcroit la partition du chercheur seul contre tous, isolé du monde scientifique et des autres chercheurs parce que détenteur d’une vérité que personne ne souhaiterait voir. Refrain connu des groupuscules complotistes mais qu’on n’a guère l’habitude de rencontrer ici, au sein d’un programme national.

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140711.OBS3503/on-a-retrouve-la-memoire-de-l-eau-vraiment.html