Sanofi pollue 190 000 plus fois au-dessus de la norme autorisée

Commentaire. Oui, vous avez bien lu.

Dans son usine de Lacq qui fabrique la Dépakine, décidément ce médicament qui a déjà causé plus de 30 000 cas de trouble mentaux chez les enfants. Rien n’arrête Sanofi, surtout pas de rendre malade.

« Les rejets toxiques atteignent “190 000 fois la norme autorisée de bromopropane, une substance inodore mais classée comme cancérigène mutagène et avec des effets susceptibles d’altérer la fécondité”, explique France Info. Selon le média, “le site rejetterait aussi du valproate de sodium, la base de la Dépakine, et ce à des niveaux de plusieurs tonnes par an »

Déjà mis en demeure, Sanofi déclare qu’il n’y a aucun risque “inacceptable” pour la santé.

30 000 enfants malades c’est pas inacceptable n’est ce pas Sanofi.

 

 

L’ARTICLE :

Sanofi pollue plus de 190 000 fois au-dessus de la norme autorisée

MSN Actualités – Lise Garnier 09/07/2018

Nouveau scandale : avec son médicament Dépakine, anti-épilepsie, le groupe pharmaceutique Sanofi pollue en quantité astronomique.

Autour du bassin de Lacq, dans les Pyrénées-Atlantiques où est produit le médicament, les usines Sanofi pollueraient 190 000 fois au-dessus des normes autorisées, selon un rapport dévoilé ce dimanche 8 juillet. L’association France Nature environnement a décidé de porter plainte.

Les rejets toxiques atteignent “190 000 fois la norme autorisée de bromopropane, une substance inodore mais classée comme cancérigène mutagène et avec des effets susceptibles d’altérer la fécondité”, explique France Info. Selon le média, “le site rejetterait aussi du valproate de sodium, la base de la Dépakine, et ce à des niveaux de plusieurs tonnes par an”. Du côté des riverains et des associations, on juge “inadmissibles” les niveaux atteints, d’autant plus que cinq substances très toxiques pour l’Homme et aggravant le réchauffement climatique ont été identifiées.

Lire la suite de l’article : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/finance-business/sanofi-pollue-plus-de-190-000-fois-au-dessus-de-la-norme-autorisée/ar-AAzN6hV?ocid=Actualité

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 216