Pr. Gerald Hüther

Commentaire. L’enfant nait bon et généreux, le système familial peut vite (avant un an) l’entrainer à imiter celui qui réussit en abusant des autres.

Son système est totipotent et adaptable.

C’est l’enthousiasme qui est le véritable moteur de l’apprentissage et du développement cérébral. Tout ce qui est imposé comme « les conseils avisés » nuit au développement cérébral.

L’enthousiasme est l’engrais du développement. Il déverse sur notre cerveau des protéines du développement.

Il est la base de l’apprentissage 50 – 100 fois par jour. Imaginez les dégâts que peut faire l’enthousiasme brisé d’un enfant ? Autant dire qu’il y a là quelque chose de la lourdeur de la mort.

 

 

L’ARTICLE :

« Entre vingt et cinquante fois par jour, le petit enfant vit un état de grand enthousiasme. A chacun de ces moments, les centres neuro-émotionnels s’activent. Les cellules nerveuses qui y sont logées possèdent de longs appendices s’étirant à travers toutes les zones du cerveau. Aux extrémités finales de ces appendices se déverse alors un cocktail de neurotransmetteurs. Ces composés chimiques conduisent les cellules nerveuses nouvellement connectées à produire certaines protéines. Ces protéines, bien déterminées, permettent la croissance de nouveaux appendices, la création de nouveaux contacts neuronaux ainsi que l’établissement et le renfort des connexions fraîchement activées au moment où nous résolvons un problème particulier ou relevons un nouveau défi.

Chaque petite tempête d’enthousiasme met en œuvre une sorte d’autodoping cérébral. Ainsi sont produites les substances nécessaires à tous les processus de croissance et de réaménagement des réseaux neuronaux. C’est ce qui explique pourquoi nous progressons si rapidement dans ce que nous faisons avec enthousiasme. Car c’est aussi simple que cela : le cerveau se développe précisément là où il est utilisé avec enthousiasme. »

Professeur Gerald Hüther, Göttigen, Allemagne

 

Neurobiologiste allemand de premier plan, le Pr. Gerald Hüther dirige le département de recherche fondamentale de neurobiologie du Centre Hospitalier Universitaire psychiatrique de l’université de Göttingen et le centre de recherche préventive de neurobiologie de l’université de Göttingen et Mannheim/Heidelberg. Il est l’auteur de plusieurs livres sur le sujet.

http://www.ecologiedelenfance.com/inspiration/portraits/pr-gerald-h%C3%BCther/

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 105