Polluants organiques et développement fœtal : il n’y a pas que la mère…

Commentaire.

Hommes et femmes sont contaminés et transmettent à l’enfant. Il n’y a pas que la mère. Les futurs parents accumulent les toxiques en eux bien avant la conception. Il est important maintenant pour chaque enfant et futur adulte père de se protéger des intoxications en vue des générations futures.

L’ARTICLE :

Les polluants organiques persistants (POP) sont toxiques pour le développement, mais l’impact de l’exposition des deux parents sur les mensurations de l’enfant à la naissance est peu exploré.

LIFE (The Longitudinal Investigation of Fertility and the Environment) est une étude ambitieuse, prospective, prenant en compte les deux membres du couple, évaluant les effets d’un nombre important de toxiques et réalisée par une équipe reconnue dans le domaine. Elle a ainsi examiné les associations entre les concentrations sériques maternelles et paternelles de 63 POP, comprenant cinq grandes catégories de polluants et les mensurations à la naissance (poids, taille périmètre crânien, indice pondéral).
Les concentrations sériques parentales de 63 POP (neuf pesticides organochlorés (OCP), un diphényle polybromé (PBB), sept composés perfluorés (PFC), 10 diphényles éther polybromés (PBDE), et 36 biphényles polychlorés (BPC) ont été mesurés avant la conception pour 234 couples.

Chez les filles (n = 117), le poids à la naissance était significativement plus faible (de 84 à 195 g) en association avec une augmentation de une DS des concentrations sériques maternelles de DDT (dichloro-diphényl-trichoroéthane), des diphényle éther polybromés 28 et 183, et des concentrations sériques paternelles de diphényle éther polybromé 183 et biphényle polychloré 167.

Chez les garçons (n = 113), les augmentations des concentrations sériques maternelles de BPC (138, 153, 167, 170, 195 et 209) et d’un PFC (perfluoro-octane sulfonamide) et paternelles de (BPC 172 et 195) sont statistiquement associées à un poids de naissance plus faible (de 98 à170 g), tandis que les concentrations de PBDE paternels (66, 99) ont été associés avec un poids de naissance plus élevé. Les différences dans le périmètre crânien, la taille et l’indice pondéral ont également été associées à l’exposition des parents à des polluants environnementaux.

Cette étude est la première à évaluer la relation entre l’exposition préconceptionnelle des deux parents  à des produits chimiques environnementaux avec les mensurations de l’enfant à la naissance. Ces résultats suggèrent que de nombreux polluants environnementaux  sont associés à un pus faible poids de naissance même à de faibles niveaux d’exposition, et soutiennent la nécessité de  réduire ces expositions.

Dr Maryvonne Pierre-Nicolas

Référence

Robledo CA et coll. : Preconception Maternal and Paternal Exposure to Persistent Organic Pollutants and Birth Size: The LIFE Study. Environ Health Perspect., 2015; 123: 88-94. doi: 10.1289/ehp.1308016.

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/21_gyneco/e-docs/polluants_organiques_et_developpement_ftal_il_ny_a_pas_que_la_mere_150028/document_actu_med.phtml