Néonicotinoïdes – l’Anses recommande d’accélérer les modes alternatifs

Commentaire. En effet il y a urgence pour protéger la biodiversité et les pollinisateurs. Dans 78% des cas il existe des alternatives non chimiques. “La lutte biologique, la lutte physique par application d’une couche protectrice (huile de paraffine, argile…), et la lutte par confusion sexuelle ».

Mais, bien sûr, ça rapporte moins à l’industrie des pesticides qui apparait vraiment comme un des plus grands dangers pour l’espèce humaine et toutes les espèces.

 

 

L’ARTICLE :

Néonicotinoïdes: l’Anses recommande d’accélérer les méthodes alternatives

MSN Actualités

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a recommandé mercredi “d’accélérer la mise à disposition” de méthodes alternatives aux néonicotinoïdes qui soient “efficaces et respectueuses de l’homme et de l’environnement, pour la protection et la conduite des cultures”.

La loi sur la biodiversité de 2016 prévoit l’interdiction des néonicotinoïdes en France à partir du 1er septembre 2018, avec des dérogations possibles au cas par cas jusqu’au 1er juillet 2020.

Ces substances s’attaquent au système nerveux des insectes, désorientent les pollinisateurs, contribuant au déclin spectaculaire des colonies d’abeilles.

 

Lire la suite de l’article : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/néonicotinoïdes-lanses-recommande-daccélérer-les-méthodes-alternatives/ar-AAy1Vug?ocid=Actualité

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 210