Narcolepsie : une pathologie auto-immune ?

Commentaire. La narcolepsie est un trouble qui fait que vous vous endormez de façon irrésistible n’importe où, dès que vous êtes assis, voir même debout. Elle handicape gravement votre vie.

Nous voyons une véritable épidémie de narcolepsie chez les personnes qui ont été vaccinées par le vaccin H1N1.

De nombreux enfants aussi sont touchés de façon gravement handicapante, et il faut en permanence les droguer aux amphétamines pour activer leur cerveau. 

Cet article montre le caractère auto immun de la narcolepsie. Il reconnait aussi le rôle de la vaccination dans l’épidémie de narcolepsie consécutive au vaccin H1N1.

Mais en aucun cas la vaccination n’est remise en cause.

 

 

L’ARTICLE :

La narcolepsie est un trouble du sommeil invalidant caractérisé par une somnolence diurne excessive et des épisodes de cataplexie (perte soudaine, partielle ou totale, du tonus musculaire). Ces manifestations cliniques sont liées à la perte d’une population neuronale située au sein de l’hypothalamus et produisant spécifiquement un neurotransmetteur appelé l’orexine. Cependant, les mécanismes aboutissant à cette perte sont encore mal compris. Des indices génétiques, environnementaux et biologiques pointent vers une implication du système immunitaire dans cette destruction.

Dans des travaux récemment publiés dans la revue de l’académie américaine des sciences (Proceedings of the National Academy of Sciences), une équipe Toulousaine a mis au point le premier modèle murin permettant l’étude des mécanismes auto-immuns qui pourraient sous tendre la physiopathologie de la narcolepsie. Les auteurs ont ainsi inséré un antigène, l’hémagglutinine du virus influenza, au sein des neurones à orexine. Ils ont ensuite injecté, en périphérie, des lymphocytes T, différenciés in vitro, pour analyser leur capacité à induire des lésions proches de celles observées dans la narcolepsie.

Il a ainsi été démontré que les lymphocytes T CD8 cytotoxiques et les lymphocytes CD4 Th1 étaient capables de migrer au sein de l’hypothalamus. Cependant, seuls les lymphocytes T CD8 pouvaient induire une destruction de plus de 70 % des neurones à orexine. Mimant la pathologie humaine, les neurones à MCH (melanin concentrating hormon), situés dans la même région, étaient conservés dans ce contexte. Cette destruction importante des neurones à orexine aboutissait, chez ces souris, à des symptômes proches de ceux observés chez les patients narcoleptiques. Les auteurs ont également montré que cette destruction était liée à la reconnaissance de l’antigène à la surface des neurones à orexine par les lymphocytes T CD8. Ceux ci étaient capable de mettre en jeux, suite à cette reconnaissance, des mécanismes cytotoxiques.

La question du rôle de la vaccination

Ces résultats suggèrent que les mécanismes immunitaires jouent un rôle clé dans la pathogénèse de la narcolepsie. L’établissement de ce modèle ouvre de nombreuses pistes pour permettre une meilleure compréhension de ce trouble du sommeil invalidant. Ce travail laisse cependant de nombreuses questions en suspens, notamment l’impact de la vaccination dans l’initiation de ce trouble. En effet, en 2009, la campagne de vaccination grippale utilisant le Pandemrix®, un vaccin développé par GlaxoSmith Kline en réponse à la pandémie H1N1, a abouti à une augmentation drastique du nombre de cas de narcolepsies en Europe. Il reste également nécessaire de démontrer que les mécanismes découverts chez la souris sont extrapolables chez les patients narcoleptiques. Si cette importance du système immunitaire adaptatif venait à être confirmée, cela ouvrirait de nouvelles voies thérapeutiques dans la prise en charge précoce des patients souffrant de narcolepsie avec cataplexie.

Dr Raphaël Bernard-Valnet

Référence

Bernard-Valnet R et coll. : CD8 T cell-mediated killing of orexinergic neurons induces a narcolepsy-like phenotype in mice. Proc Natl Acad Sci U S A. 2016 ; publication avancée en ligne le 12 septembre, doi :10.1073/pnas.1603325113

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/narcolepsie_une_pathologie_auto_immune__160991/document_actu_med.phtml

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 132