Monsanto perd contre le Pr Seralini

Commentaire. Monsanto perd contre le Pr Seralini. Ses travaux sont enfin validés. Un homme décidé, une cause juste, peuvent gagner face à un géant.

Et nous dans nos vies, quand parfois nous sommes découragés, que nous nous sentons tout petits face à la difficulté, pensons à garder espoir et à comprendre que la voie du coeur et de la vérité est toujours gagnante.

Seralini accusé de fraude scientifique pour avoir démontré que le maïs transgénique de Monsanto, provoque des cancers. Ce sont aujourd’hui ses détracteurs qui sont mis en examen pour faux et usage de faux. Les travaux du Pr Seralini sont maintenant reconnus.

 

L’ARTICLE :

Le Pr. Séralini, en ce 25 novembre, vient d’apprendre au Tribunal de Paris la mise en examen de Marc Fellous, ancien président de la Commission du Génie Biomoléculaire qui avait permis d’autoriser nombre d’OGM agricoles à la consommation, pour « faux » et « usage de faux » dans un procès qu’il avait perdu en diffamation contre le Pr. Séralini.

D’autre part, une autre victoire pour l’honnêteté et la bonne réputation du Pr. Séralini vient de se dérouler. L’historique : en septembre 2012, le magazine Marianne, sous la plume de Jean-Claude Jaillette, avait écrit que “des chercheurs du monde entier” avaient “des mots durs” au sujet de la recherche du Pr Gilles-Éric Séralini et de son équipe sur les effets toxiques d’un OGM et du Roundup à long terme, recherche soutenue par le CRIIGEN. Le journaliste avait évoqué une “fraude scientifique où la méthodologie sert à conforter des résultats écrits d’avance”. Le Pr Séralini a attaqué cette allégation en diffamation, tout comme l’ont fait son équipe et le CRIIGEN, assistés de Maître Bernard Dartevelle et Maître Cindy Gay.

Le 6 novembre 2015, aux termes d’une information judiciaire de trois années, la 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris vient de condamner les auteurs (le journal et son journaliste) de cette grave accusation portée par Marianne pour diffamation publique envers un fonctionnaire public, et diffamation publique envers les chercheurs et le CRIIGEN présidé par le Dr. Joël Spiroux de Vendômois. 

Le procès a notamment démontré que le seul et unique auteur de cette accusation de fraude, avant Marianne, était le lobbyiste américain Henry Miller dans le magazine pour milliardaires « Forbes », personnage qui s’est déjà illustré pour avoir témoigné au bénéfice de l’industrie sur une prétendue non cancérogénicité du tabac, et a essayé, en diffamant, de faire de même en soutenant les OGM et les pesticides. L’étude du Pr Séralini est aujourd’hui reconnue et ses travaux sont cités dans le monde entier. Le journal Food and Chemical Toxicology qui avait notamment dans un premier temps agi sous la pression des lobbies vient de publier une synthèse sur la toxicité de l’herbicide Roundup en-dessous des seuils réglementaires, signée par l’équipe du Professeur Séralini.

 

 

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 94