Monsanto bientôt dégagé de ses responsabilités pour les dommages causés sur la communauté américaine par les BPC (Biphenyles polychlorés)

Commentaire. Article dans sa version originale anglophone :

http://www.care2.com/go/z/e/Au6BO/zrzv/c9Rm.

 

L’ARTICLE : TRADUCTION

Prenez une chaise. Vous aurez besoin de vous asseoir après avoir lu cet article.

Vous avez probablement entendu parler des biphényles polychlorés (BPC) . Pour ceux dont ce n’est pas le cas voici un résumé rapide : les BPC ont été utilisés dans les années 1930 jusque dans les années 1970 dans les équipements électriques, les plastiques, revêtements de sol et de nombreux autres produits industriels, ils ont été interdits en 1979. Ils ont été responsables du cancer chez les animaux, de dommages endocriniens, sur la fertilité et d’autres troubles de la reproduction. Ils ont aussi des conséquences négatives sur la mémoire, l’apprentissage et d’autres effets neurologiques.

La quasi-totalité des BPC vendus aux États-Unis ont été créé par, vous l’avez deviné, Monsanto.

Alors que Monsanto se défend contre les accusations juridiques potentielles, la Chambre des représentants des États-Unis a l’intention de donner Monsanto le cadeau ultime dans une telle situation : l’immunité face aux dommages qui vont coûter des millions de dollars à la société américaine et ce à cause du développement et de la distribution des BPC.

Le Congrès travaille actuellement à réformer une loi sur le contrôle des substances toxiques, en ajoutant un paragraphe qui permet de Monsanto de se dégager de toute responsabilité juridique pour dommages causés à la suite de l’utilisation du BPC au niveau humain, de la faune ou de l’environnement.

Vous aimez ça? Ne manquez pas ces autres histoires

Haut du formulaire

Bas du formulaire

La clause, énoncée dans cette loi (article 7 (c) de HR 2576), bloquerait toutes poursuites en lien avec les BPC par les gouvernements nationaux et locaux, ainsi que par les citoyens américains. Elle viserait même à empêcher les États de faire passer leurs propres règlements sur les BPC.

Le remaniement de cette clause sur les BPC, ainsi que sur plusieurs autres points d’achoppement, doit être résolu avant le Congrès. En effet, celui-ci devra adopter la nouvelle loi sur la façon dont des milliers de produits chimiques seront réglementés aux États-Unis.

Beaucoup de gens conviennent que la législation sur les produits chimiques a besoin d’un sérieux remaniement. Celle-ci aura pour objectif de déterminer en grande partie la façon dont l’industrie chimique sera réglementée, qui pourra être poursuivi et peut-être même quels produits chimiques seront autorisés ou interdits.

Mais pour une raison inconnue que ni les législateurs fédéraux, ni Monsanto ne voudront s’attribuer le mérite, le nouveau libellé de la clause servira à protéger une seule entreprise : Monsanto. Dans aucun cas il protègera les milliers de personnes qui peuvent avoir été lésés par les BPC aux États-Unis. Le gouvernement lui-même connaît les menaces très graves pour la santé liées aux BPC, cette constatation ressort clairement sur le site de l’agence pour la protection environnementale dans son article «  Effets sur la santé du BPC »

Le Groupe de travail environnemental critique la clause pour être rédigée de façon « si large » qu’elle pourrait même arrêter les États et les individus qui tenteraient d’intenter des poursuites pour les dommages liés par le BPC . Les enjeux sont la dévastation humaine et environnementale et beaucoup l’argent de Monsanto “.

Dans Anniston, Alabama , plus de 4600 personnes se sont réunies dans un recours collectif pour tenir Monsanto responsable des préjudices qui ont été causé. La société aurait empoisonné plusieurs propriétés dans la ville.

Des dossiers antérieurs suggèrent que Monsanto peut également avoir été impliqué dans les risques majeurs sur la santé liés à son herbicide chimique connu sous le nom de Roundup et ce depuis une décennie. Regardez mon article à ce sujet : Has Monsanto Covered Up Evidence of Roundup’s Health Risks for Decades? (pas de traduction)

Alors pourquoi l’octroi de l’immunité à Monsanto par le gouvernement américain contre les dégâts causés et qui se chiffreront potentiellement à des millions de frais de poursuite ? Selon le New York Times , la société Monsanto insiste sur le fait qu’elle n’a pas demandé cette immunité et la Chambre des représentants nie que cette nouvelle législation est un don à la seule entreprise : Monsanto. Je ne valide pas cette version. (dans le texte « je ne suis pas acheteuse »).

La Chambre des représentants est censée représenter les millions de contribuables aux États-Unis et non pas une société multinationale avec une réputation pour la dégradation de la santé humaine et l’environnement – la société parfois appelée “Monsatan.”

Dites au gouvernement que la “Monsanto BPC Shield», également appelé le “Monsanto Bailout article” doit être éliminé. Cette société ne dépasse pas la loi américaine et doit prendre ses responsabilité face aux dommages causés sur les humains et l’environnement. Signez la pétition ” Do not Let Monsanto Get Away avec Empoisonnement Anniston! ”

Dr Michelle Schoffro Cook, Ph.D., DNM, est un auteur international de best-seller, elle a publié de nombreux travaux.

 

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 107