Maladie de Crohn : une arme bactérienne dévoilée

Commentaire.La maladie de Chron, maladie inflammatoire des intestins. 

J’ai écrit dans le livre la digestion qu’il s’agit des enfants subissant un chantage affectif à l’autonomisation. « Avec tout ce que j’ai fait pour toi ». Ou sous le joug d’une forte autorité.

Ces enfants, par caractère ou par situation, finissent par accepter cette position en soumission et déclenchent leur maladie de Chron.

Ce qui est intéressant dans les deux articles en lien, c’est que l’on parle du rôle d’une bactérie de type E. Coli. en petite population. Chez les personnes ayant une maladie de Chron, il y a surpopulation de cette bactérie E Coli. Cette bactérie sécrète une protéine qui déclenche le processus inflammatoire de l’intestin. Tout cela, pour les amateurs, est très bien expliqué dans ces deux articles.

Ce qui est important, c’est de comprendre à quoi correspond cette bactérie. Elle est immuno suppressive, c’est-à-dire qu’elle diminue votre Soi, immunitaire et aussi votre Soi psychologique. En clair, elle vous met en position de soumission, de renoncement à votre personnalité. Tout cela est logique. 

Les personnalités plutôt soumises de gré ou de force, ou de fait, développent plus de bactéries de la soumission, et de maladie de Chron.

L’idée des ces articles d’agir sur cette chaine est une bonne idée. Agir sur la protéine qui génère l’inflammation, ou encore limiter la surpopulation des E Coli.

Ou mieux encore, sortir de cette situation de soumission, « allégeance ».

 

 

L’ARTICLE :

Certaines bactéries de la flore intestinale produisent une protéine qui leur permet de traverser le mucus intestinal, pour infecter les cellules sous-jacentes et accroitre l’inflammation chez les personnes atteintes par la maladie de Crohn. Inhiber cette protéine pourrait donc constituer une nouvelle voie thérapeutique.

Une enzyme bactérienne pourrait bien devenir la cible d’un futur traitement contre la maladie de Crohn. Une équipe Inserm vient en effet de montrer qu’une souche particulière d’Escherichia coli produit une protéine capable de dégrader le mucus intestinal pour le traverser plus facilement. Ces bactéries parviennent ainsi à infecter les cellules du côlon ou de l’iléon (dernier segment de l’intestin grêle), générant une forte inflammation intestinale.

Des propriétés d’adhésion et d’invasion exceptionnelles

La maladie de Crohn est pathologie inflammatoire chronique de l’intestin due à une réaction immunitaire exacerbée contre des bactéries de la flore intestinale. Une prédisposition génétique est impliquée dans ce dérèglement, mais la composition de la flore intestinale semble également participer à la survenue de la maladie : on observe en effet une surreprésentation de certaines souches bactériennes chez les patients qui en sont atteints. C’est par exemple le cas d’une souche d’E. coli nommée AIEC (pour Adherent-invasive Escherichia coli), présente chez au moins 40% des malades. Identifiée à la fin des années 90, cette souche est capable de traverser le mucus qui tapisse les parois de l’intestin. Le mucus intestinal constitue pourtant normalement une barrière de protection qui empêche les agents infectieux de parvenir aux cellules intestinales. Les AIEC atteignent malgré tout ces dernières, déclenchant une réaction immunitaire ainsi qu’une inflammation exacerbée qui contribue aux symptômes de la maladie.

Une enzyme clé

Bacilles coliformes : Escherichia Coli, entérobactérie, hôte normal du tube digestif. Escherichia Coli a été très utilisée par les généticiens. Certaines souches peuvent être pathogènes (infections urinaires).

 

Les chercheurs ont voulu savoir comment cette souche bactérienne parvenait à cette prouesse. Pour cela, ils sont partis des connaissances relatives à des pathogènes intestinaux qui traversent également le mucus : Shigella, bactérie responsable de la shigellose, ou encore Vibrio cholerae, l’agent du choléra. Ces bactéries secrètent des enzymes appelées mucinases, qui dégradent des molécules constituant le mucus (les mucines). Les chercheurs ont voulu savoir si les AIEC produisaient elle-aussi une telle enzyme.

Ils ont donc étudié leur génome, en quête d’analogies de séquences évoquant la présence d’un gène codant pour une mucinase. Cette stratégie s’est révélée payante : un gène répondant aux critères recherché a été identifié et sa fonction testée : lorsque le gène en question est expérimentalement supprimé du génome des bactéries, ces dernières perdent leur capacité à dégrader le mucus intestinal. D’autres expériences ont permis de confirmer le rôle de ce gène, baptisé Vat-AIEC.

Une nouvelle cible thérapeutique

L’enzyme codé par Vat-AIEC contribue à la virulence de souches d’E. coli pathogènes, et pas seulement à celle des AIEC, puisque nous avons retrouvé ce gène chez la moitié des E. coli responsables d’infections urinaires”, précise Julien Delmas*, coauteur des travaux.

Le chercheur entend donc s’attaquer frontalement à cette enzyme, pour tenter de bloquer son action et ainsi de réduire l’inflammation induite par les bactéries qui la produisent. “Il est tout à fait envisageable d’inhiber cette mucinase, car elle est facilement accessible dans le milieu extracellulaire et n’est pas indispensable à la survie des bactéries. La bloquer ne modifiera pas l’équilibre de l’écosystème intestinal et n’entrainera pas d’apparition de résistance comme avec les antibiotiques”, poursuit le chercheur. “Maintenant, l’idée est donc de développer une famille d’inhibiteurs de mucinases. Il faut pour cela cribler des banques de molécules, par bio-informatique, à la recherche de candidats spécifiques. Ce projet est en cours”, conclut-il.

Note

*Unité 1071 Inserm/Inra/Université d’Auvergne, Clermont-Ferrand

Source

L Gibold et coll. The Vat-AIEC protease promotes crossing of the intestinal mucus layer by Crohn’s disease-associated Escherichia coli. Cell Microbiol, édition en ligne du 24 octobre 2015

http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/maladie-de-crohn-une-arme-bacterienne-devoilee

 

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 115