Lire dans les lignes de l’oreille

Commentaire. La médecine a trouvé un lien entre un pli particulier du lobe de l’oreille et un risque de maladies coronaires. Bravo ! Seulement voilà, des liens comme cela il en existe de très nombreux, connus depuis très longtemps dans de nombreux domaines. D’un côté réjouissons-nous que la médecine commence à voir que le corps s’exprime de nombreuses manières. D’un autre, il serait peut être temps que ce type de découverte lui permette de réaliser que de très nombreuses données de cet ordre existent, dans l’oreille, la main, le pied, l’iris et dans tous le corps. Nous ne pourrions que nous réjouir que la médecine utilise toutes ces données.

 

L’ARTICLE : La présence d’une strie occupant au moins un tiers de la distance comprise entre le tragus et la partie postéro-inferieure du bord du lobule de l’oreille (signe de Frank) a été souvent associée à une maladie coronaire et à une artériopathie périphérique. Cependant, aucune étude n’avait jusqu’alors évalué les relations qui pouvaient exister entre la présence de cette strie et l’existence d’un accident vasculaire cérébral (AVC) d’origine ischémique. C’est ce qui a conduit Rodríguez-López à étudier ce signe chez 1000 patients hospitalisés et à déterminer, à partir de l”études des dossiers cliniques, par des analyses multivariées, son association à des facteurs de risque CV et à des événements cardiovasculaires (CV) cliniques, à savoir maladie coronaire, AVC ischémique et artériopathie périphérique. Scruter les lobules d’oreille en aveugle Les caractéristiques anatomiques de la strie ont été déterminées en simple aveugle (sic), par une équipe de médecins tenus dans l’ignorance du dossier clinique du patient et des événements CV survenus. Cette approche avait pour but d’éviter les biais qui pourraient découler de la connaissance par l’observateur du statut du patient. L’étude du lobule de l’oreille s’est déroulée en 2 phases : une phase initiale (n=300 patients) visait à définir les critères qui permettaient la classification des stries et ceux qui déterminaient la sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives d’une athérosclérose, de chacun des types de strie; une phase de confirmation (n= 700 patients) analysait l’association de la présence de cette strie avec les événements CV. Les lobules de l’oreille de chaque participant ont été photographiés et classés en fonction des caractéristiques des stries : inclinaison, longueur, profondeur, localisation uni- ou bilatérale. Après classification de toutes les photographies, le taux de concordance inter-observateur était de 89,6 %.

Fig. 1A : strie complète, barrant toute la largeur du lobule ; Fig. 2C : strie profonde effaçant la base du sulcus ; Fig. 3A : strie diagonale s’étendant du tragus à la partie postéro-inférieure du bord du lobule. Une corrélation statistique avec les AVC ischémiques aussi La première phase de l’étude n’a pas retrouvé de corrélation entre les événements CV et les différents degrés de profondeur de la strie et son caractère vertical. La seconde phase de l’étude a montré que la prévalence d’une strie diagonale et bilatérale du lobule de l’oreille était de 43 % chez les patients ayant eu des événements CV vs 29 % chez les sujets du groupe contrôle qui en étaient restés indemnes (p <0,001). En analyse multivariée, la présence d’une strie du lobule de l’oreille était associe aux événements CV (odds ratio [OR] 1,45 ; intervalle de confiance [IC] 95 % [1,08 à 1,93] ; p= 0,012), avec une sensibilité et une spécificité de respectivement 43 % et 70 %. Pour ce qui est de l’AVC ischémique, il était également significativement associé à la présence d’une strie diagonale et bilatérale du lobule de l’oreille (OR 1,67 ; IC 95% [1,1 à 2,51] ; p=0,015). En pratique, l’inspection du lobule de l’oreille confirme ici son utilité dans le dépistage clinique de la maladie athéroscléreuse. Dr Robert Haïat Référence Rodríguez-López C et coll. : Earlobe crease shapes and cardiovascular events. Am J Cardiol 2015;116:286-293.

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/lire_dans_les_lignes_de_loreille_153207/document_actu_med.phtml

  Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 78