Les neurones de la peau capables de calculs comme ceux du cerveau

Commentaire :

Je termine actuellement un livre sur les eczémas et cet article vient à point nommé conforter mon ressenti sur le rôle fondamental de la peau.

Vous pensiez que la peau, organe des sens, envoyait des infos au cerveau, seule part intelligente de notre corps, qui allait tout analyser et bien non. La peau est déjà en elle même un cerveau. Elle analyse, reconstitue et pense le corps et les formes.

Je parle de la peau-cerveau déployé et je dis que les émotions peuvent se lire dans les zones deczéma comme on avance avec une carte ou un guide dans le fonctionnement de notre psychisme, nous sommes au coeur de ce qui se vit réellement en nous.

Cet article parle dune peau qui traite déjà des informations géométriques, je pense que la peau est une forme du cerveau, que la peau pense et réfléchit, pas seulement la lumière, mais notre fonctionnement.

Nous réalisons de plus en plus que nous avons de nombreux cerveaux. Les dernières années nous avons vu apparaitre un cerveau dans le tube digestif.

Nous avons aussi découvert quil y a un véritable cerveau dans le coeur et son système de conduction.

Voila maintenant une peau qui, plus que ressentir et transmettre fidèlement, travaille déjà à son niveau. Mais plus encore, une peau qui conceptualise, pense et exprime notre schéma psychique. Cest ce que je vais proposer dans le livre sur leczéma.

A propos du coeur, un point encore.

Je pense et jen reparlerai bientôt que le coeur dans notre système nerveux propre est le lieu du vécu du transgénérationnel. Les troubles du rythme, particulièrement supra – ventriculaire, parlent des influences de notre histoire transgénérationnelle sur notre vie.

L’étude des réseaux nerveux montre concrètement où cela sinscrit.

Les techniques actuelles dites «d’ablation» permettent de supprimer comme par miracle, les influences et les moyens d’influence de nos mémoires transgénérationnelles. Génial non !

Révolutionnaire en tout cas.

Imaginer supprimer en vous les conséquences des mémoires familiales. Qui est preneur?

L’ARTICLE :

Des neurones périphériques de la peau peuvent fournir des informations complexes sur la forme géométrique d’un objet. Ceci nécessite d’effectuer des calculs comme le feraient des neurones situés dans le cerveau.

Le 08/09/2014 à 13:33 – Par Marie-Céline Jacquier, Futura-Sciences

Les informations sensorielles du toucher commencent à être traitées par des neurones qui innervent la peau des doigts.

Michelange© Michel-Ange, Wikimedia Commons, DP

Au niveau de la peau se trouvent des terminaisons nerveuses qui récoltent des informations sensorielles sur le toucher : ces terminaisons appartiennent aux neurones de premier ordre du système tactile, dont les corps cellulaires sont localisés dans les ganglions de la racine dorsale de la moelle épinière. Ces neurones périphériques peuvent capter des signaux provenant de nombreuses zones sensibles de la peau.

Pendant longtemps, on a pensé que ces neurones envoyaient simplement des informations brutes qui ensuite étaient traitées par le cerveau, seul capable d’extraire des données sur la géométrie des objets touchés. Et si l’extraction de ces données géométriques complexes commençait bien plus tôt dans ce circuit ?

Ici, des chercheurs de l’université d’Umeå, en Suède, se sont intéressés à des neurones tactiles de premier ordre qui innervent les corpuscules de Meissner et les disques de Merkel du bout des doigts. Ces neurones reçoivent des informations de nombreuses zones sensibles de la peau. Cette étude paraît dans la revue Nature Neuroscience.

Le corpuscule de Meissner ici indiqué par la flèche est un récepteur sensoriel du toucher. © Wbensmith, Wikimedia Commons, cc by 3.0

Les neurones périphériques traitent des informations géométriques

Pour étudier le traitement de l’information dans ces neurones tactiles de premier ordre, les chercheurs ont enregistré les potentiels d’action des neurones. Il est alors apparu que ces neurones tactiles de premier ordre ne se contenteraient pas d’envoyer des signaux au cerveau sur le fait qu’un objet touche la peau. En plus, ils traiteraient des données géométriques sur l’objet touché. Pour faire cela, ces neurones doivent effectuer le même type de calculs que réalisent des neurones du cortex cérébral.

Deux types de neurones tactiles de premier ordre semblent transmettre des informations sur l’orientation des objets, et ce en modulant l’intensité et la structure temporelle de leur réponse. Jusqu’à présent, on pensait que cette capacité de traitement des informations spatiales était dévolue uniquement au cortex somatosensoriel

Dans le cas de la vision, on pourrait observer un mécanisme similaire : des neurones périphériques pourraient être capables de traiter des informations géométriques sur les objets vus.

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-neurones-peau-capables-calculs-comme-ceux-cerveau-55170/#xtor=EPR-17