Les Françaises se détachent de plus en plus de la pilule

Commentaire. Les scandales sanitaires ouvrent un peu plus à chaque fois la conscience de nos concitoyens.

Lisez cet article. 

 

L’ARTICLE :

Une enquête sur la contraception confirme la désaffection pour la pilule

LE MONDE |  • Mis à jour le  |

Plus de 40 % des femmes la prenaient en 2010, elles ne sont plus que 33,2 % en 2016. Ce désamour n’affecte pas les jeunes filles.

Tous les trois à cinq ans, la sexualité des Français et leurs méthodes de contraception sont disséquées dans une vaste enquête menée sur un échantillon représentatif de la population. Les cinquante ans de la loi Neuwirth imposaient que 2017 ait son cru.

A la veille de la Journée mondiale de la contraception – elle revient chaque 26 septembre –, les données du baromètre santé de Santé publique France donnent les dernières tendances sur le sujet. Le modèle français, longtemps resté figé – le préservatif pour les premiers rapports, la pilule une fois en couple, le stérilet quand les enfants sont nés –, commence à craquer. La pilule, affectée par la crise de 2012, continue de perdre du terrain au profit du stérilet, du préservatif et de l’implant. La stérilisation définitive reste en revanche toujours aussi rare. L’étude a été menée en 2016 auprès de 4 315 femmes âgées de 15 à 49 ans. Les données, recueillies par téléphone, ont été comparées à celles des enquêtes de référence Fecond 2010 et 2013.

Lire la suite de l’article : http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/09/25/une-nouvelle-enquete-sur-la-contraception-confirme-la-desaffection-pour-la-pilule_5190695_1651302.html#W6etgWgs2fwm4O5h.99

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 178