“L’enfant qui prend des risques se développe mieux”

Commentaire. La vie a évolué parce qu’elle a, chaque fois, trouvé une solution aux difficultés et aux risques. Se confronter à la difficulté fait fondamentalement partie de la vie.

Nous voyons bien comment la recherche du risque zéro détruit la vie.

Les enfants qui prennent des risques se développent mieux.

 

L’ARTICLE :

Deux expertes abordent la question de la prise de risques chez l’enfant. Elles expliquent pourquoi elle est primordiale pour son développement et la création de son identité d’adulte.

Pour certains parents, il est impensable d’imaginer son enfant tomber en descendant le tobogan à l’envers sur l’aire de jeux, être malmené dans la cour de l’école, ou faire un trajet seul en vélo. Pour quelles raisons ? À cause du danger, supposé partout. Pour l’éviter, ils anticipent, chapeautent, surprotègent, fliquent, quitte à réduire considérablement la liberté des petits. Seulement l’autonomie et la prise de risques sont strictement indispensables pour le bon développement de l’enfant. Anne Bacus (1), psychologue clinicienne spécialiste des questions familiales, et Nathalie Le Breton (2), journaliste et ex co-animatrice de l’émission Les Maternelles sur France 5, décryptent le phénomène.

Lefigaro.fr/madame.- Certains parents semblent de plus en plus anxieux. Cela peut les rendre surprotecteurs et surtout, toujours derrière leur progéniture. Qu’en pensez-vous ?
Anne Bacus :
Il est évident que l’espace de l’enfant en liberté se restreint de façon drastique. Les angoisses des parents sont de plus en plus importantes et les petits sont presque toujours sous la surveillance d’un adulte. Quand on leur pose la question, ils considèrent pourtant l’autonomie des enfants comme une véritable valeur. Mais ils parlent d’une autonomie où ils se gèrent, mangent et s’habillent seul. Celle qu’ils pourraient prendre en s’éloignant de leurs parents, ils n’en veulent pas.

Lire la suite de l’article : http://madame.lefigaro.fr/enfants/un-enfant-qui-prend-des-risques-se-developpe-mieux-040417-130800

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 162