« Le tabagisme passif rendrait les enfants plus agressifs »

Commentaire. Le tabagisme passif rendrait les enfants plus agressifs.

Le tabac, drogue la plus masculine, nous parle du père et de la relation au monde et aux autres. Elle aide ceux qui sont en difficulté à ce niveau. Mais cet article vient nous expliquer que le tabagisme passif viendrait en fait nous empêcher de développer notre capacité relationnelle, comme toutes les drogues peuvent le faire. Aider quelqu’un qui va bien c’est risquer de le rendre en difficulté et incompétent.

 

L’ARTICLE :

Le Parisien fait savoir qu’« une étude de l’Inserm pointe un effet jusque-là insoupçonné de la fumée sur les petits : elle jouerait sur leurs comportements ».

Le journal relaie ainsi « le résultat auquel les chercheurs de l’Inserm et de l’université Pierre-et-Marie-Curie à Paris sont parvenus en analysant l’exposition au tabac de 5.200 enfants scolarisés en primaire. Un travail mené en collaboration avec les hôpitaux de six villes françaises choisies pour leurs différentes qualités de l’air (Reims, Créteil, Strasbourg, Clermont-Ferrand, Bordeaux, Marseille) ».

Le Parisien constate que « les enfants exposés en bas âge au tabagisme passif seraient plus enclins à l’agressivité, plus coléreux, se bagarrant plus volontiers avec les autres… Et pour ce qui est des émotions, ils développeraient plus facilement de nombreuses peurs ou encore seraient mal à l’aise dans des situations nouvelles ».

Le quotidien explique que « 15% [des enfants du panel] exposés au tabagisme passif (avant la naissance, après ou les deux) ont des troubles émotionnels et 13% une conduite dite anormale. Ce constat est encore plus fort quand l’exposition au tabac a lieu à la fois pendant la grossesse et après la naissance (soit 21% des enfants de l’étude) ».

Le Dr Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche à l’Inserm au département d’épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires, indique que « c’est une raison de plus pour ne pas fumer pendant la grossesse et en présence d’enfants. Jusqu’à maintenant, lorsqu’on parlait des effets du tabagisme passif, on pensait surtout à l’asthme et aux problèmes de croissance lorsque la mère fume pendant la grossesse ».

Les chercheurs écrivent ainsi que « ces observations semblent confirmer celles réalisées chez l’animal, à savoir que la nicotine contenue dans la fumée de tabac peut avoir un effet neurotoxique sur le cerveau. […] Dans les premiers mois de vie, l’exposition à la fumée engendre un déséquilibre protéinique à l’origine d’une croissance neuronale altérée ».

http://www.mediscoop.net/index.php?pageID=94f6f54034a085f267551b15ff7bd0ab&id_newsletter=7702&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=7702&from=newsletter

 

Paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 85