Le Pr Raoult est passé devant le sénat pour la commission d’enquête sur le coronavirus

Commentaire. C’est très étonnant de voir les conséquences du masque sur le débat. La sensation de déshumanisation.

Ce qui est aussi remarquable, c’est de voir cet homme se battre presque seul pour la vérité et une médecine qui soigne vraiment.

Le rouleau compresseur des médias et de l’industrie pharmaceutique apparait vraiment comme massif.

Alors que 4,5 milliards de personnes dans le monde ont utilisé l’hydroxychloroquine avec succès, on lui demande encore s’il y croit.

Patrick Tillet relève bien deux choses.

La clarté d’un pionnier qui donne des explications claires, face à une représentation de l’état qui n’a  même pas pris la peine de lire les documents et fait pour certains preuve d’une grande mauvaise foi.

« À constater le fossé entre la clarté d’un pionnier de la recherche scientifique et l’insignifiance des représentants de la nation, vous comprenez que la partie n’est pas gagnée, même si, comme le note Raoult, à la fin la réalité finit toujours par s’imposer »

 

L’ARTICLE :

La leçon du Pr Raoult devant la commission d’enquête du Sénat

Yetiblog

Le passage du professeur Didier Raoult devant la commission d’enquête du Sénat vaut d’être vraiment regardé de bout en bout. Pour deux raisons.

1/ La clarté d’un pionnier de la recherche scientifique

On y découvre d’abord la clarté des explications d’un spécialiste pour des choses qui n’ont pourtant rien de simples aux yeux des profanes. Oui, le virus mute, explique Didier Raoult, et en des formes moins virulentes que l’était le virus au moment du pic de mars-avril. Oui, le Conseil scientifique et l’État ont grandement failli dans le pilotage de la lutte contre le Covid-19. Non, la recherche scientifique n’a rien de démocratique, mais relève presque systématiquement d’un parcours du combattant mené par des pionniers (Raoult cite le cas de Pasteur) face à la résistance hostile d’une académie toujours dépassée.

Lire la suite de l’article : https://yetiblog.org/archives/26931

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 312