Le jeûne enfin validé dans sa qualité et son intérêt médical

Commentaire. Le jeûne enfin validé dans sa qualité et son intérêt médical.

Longtemps considérée comme une pratique regroupant de illuminés, voir dangereuse pour la santé, cette nouvelle étude nous donne toute une série d’éléments sur l’amélioration de la santé des personnes pratiquant le jeune, tant au niveau métabolique, que de maladie chronique, mais aussi de bien être psychologique, ce qui est très intéressant.

Cela nous renvoie à des données très anciennes. Toutes les religions ont prôné le jeûne précepte de bonne santé et d’évolution spirituelle. 

Métabolisme, psychologie et spiritualité se retrouvent aussi sur cette pratique vieille comme le monde.

Cette pratique était d’ailleurs une nécessité obligatoire quand les anciens préhistoriques n’étaient pas garantis d’avoir à manger tous les jours. Et à l’opposé, elle s’est totalement perdue avec la société de consommation et d’abondance qui elle génère  plutôt obésité, maladies dégénératives et cancers.

 

L’ARTICLE :

Le jeûne, une mode ou une vraie thérapie ? 

Mediscoop – Date de publication : 4 novembre 2019

Paul Molga constate dans Les Echos que « l’abstinence alimentaire fait de plus en plus d’adeptes chez les Français. Au-delà de la perte de poids, cette pratique serait bénéfique pour la santé. La science tente de le prouver ».

Le journaliste relève ainsi : « Il permettrait de combattre le diabète, d’améliorer notre santé cardiaque, de débarrasser l’organisme de ses toxines, de booster nos capacités mentales et préviendrait même l’apparition des premiers signes de maladies neurodégénératives… ».

« Les bienfaits supposés du jeûne séduisent de plus en plus d’adeptes (au moins 5.000 en France) et la science presse le pas pour apporter des preuves irréfutables de son efficacité thérapeutique », poursuit-il.

Lire la suite de l’article : https://www.mediscoop.net/index.php?pageID=1d203a55afb7ed2f32d819054332c559&id_newsletter=12480&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=12480&from=newsletter

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 272