Le foie gras imaginaire

Commentaire. Comment inventer des maladies ? Les techniques de big pharma. Faire 60 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an sur des faux. C’est peut être là que les autorités médicales devraient mettre de l’ordre.

Cela va nourrir la théorie complotiste.

Article publié par le très sérieux JIM.

Repris par Le Figaro santé et le blog du Dr Dupagne.

Ca fait froid dans le dos et ça passe inaperçu.

 

L’ARTICLE :

NASH : question de foi ou de foie ?

JIM – Aurélie Haroche

Paris, le samedi 16 juin 2018 – L’industrie pharmaceutique faisant partie des secteurs dont on attend le plus de probité et qui suscite, de ce fait, le plus de défiance, est souvent soupçonnée “d’inventer” des maladies pour pouvoir proposer les traitements correspondants. Ce qui relève parfois sous certaines plumes du fantasme complotiste est néanmoins étayé par quelques exemples, ainsi que par une stratégie parfois assez clairement affichée par ceux qui conseillent les laboratoires pharmaceutiques. Nous avions ainsi évoqué dans ces colonnes récemment comment l’analyste financier Goldman Sachs avait rappelé au secteur médical combien la mise sur le marché d’un médicament miracle efficace en quelques jours n’était pas nécessairement la meilleure des stratégies pour assurer la pérennité financière d’une entreprise. Aussi, le banquier recommandait-t-il plutôt de s’intéresser aux traitements au long cours des maladies chroniques…

Une maladie invisible qui touche un adulte sur trois dans le monde !

Dans ce monde où comme Aldous Huxley (cité par Dominique Dupagne) le remarquait « La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé », croire ou non en l’existence d’un péril NASH est peut-être une question de foi(e). Pour s’en convaincre ou pas, vous pouvez lire le blog de :

Dominique Dupagne : http://www.atoute.org/n/article370.html

et les réflexions de Damien Mascret : http://sante.lefigaro.fr/article/maladie-du-foie-gras-un-laboratoire-fait-campagne/

 

Lire la suite de l’article (pour les abonnés au JIM) : https://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/nash_question_de_foi_ou_de_foie__172264/document_jim_plus.phtm

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 212