Le cerveau des bébés, as de la reconnaissance des visages

Commentaire. Le cerveau des bébés est champion pour reconnaitre les visages. Merveilleux.

 

L’ARTICLE :

Les aires du cerveau spécialisées dans la reconnaissance des visages sont déjà bien définies chez les enfants de 4 mois.

Le cerveau humain est imbattable pour reconnaître les visages. Une particularité avec laquelle ne peuvent rivaliser ni les autres espèces, ni les ordinateurs, et qui apparaît dès les premiers mois de la vie. Une partie de la communauté scientifique considère que durant les premières années, la reconnaissance des visages ne mobilise pas les mêmes zones cérébrales que chez les adultes, et que cette capacité ne se «fixe» dans l’hémisphère droit qu’après la spécialisation d’une partie de l’hémisphère gauche pour la lecture. Une théorie que des chercheurs de l’université catholique du Louvain (UCL), en Belgique, contredisent dans une étude publiée mardi dernier dans le journal eLife.

Les chercheurs ont enregistré l’activité cérébrale de 25 bébés âgés de 4 à 6 mois, confrontés à un défilement rapide d’images (150 millisecondes par image) alors qu’ils étaient équipés de 32 capteurs d’électroencéphalogramme (EEG). Les chercheurs leur ont présenté des séquences de 20 secondes avec un défilement de 6 images par seconde. Au milieu d’une sélection d’images d’outils, d’animaux et de plantes, ils ont fait apparaître, une fois sur 5, des visages différents.

 

Pour la première fois, l’équipe de recherche a démontré que non seulement les jeunes enfants portent un intérêt particulier à tous les visages, quel que soit leur position, leurs particularités (sexe, origine etc…) ou le décor, mais en plus l’activité de leur cerveau était particulièrement importante dans l’hémisphère droit, dans des proportions supérieures à ce qui a déjà été mis en évidence chez l’adulte. «On ne s’attendait pas à avoir des résultats aussi marqués dans le cerveau des jeunes enfants», confie au Figaro Bruno Rossion, chercheur à l’UCL et responsable de l’étude.

Dépister l’autisme précoce

La reconnaissance spécifique des visages, typique du cerveau adulte, chez des sujets aussi jeunes vient remettre en question certaines théories sur la spécialisation des aires du cerveau pendant le développement. Mais cette découverte pourrait aussi, dans un second temps, aider à dépister et comprendre l’autisme dans les stades précoces, estime Bruno Rossion. En effet, l’une des particularités de l’autisme est un problème récurrent dans la reconnaissance des visages.

Cette expérience fait déjà des émules dans la communauté scientifique. Selon Bruno Rossion, d’autres équipes de recherche souhaitent utiliser ce protocole expérimental. «L’avantage de cette méthode est qu’elles’applique aussi bien aux enfants qu’aux adultes, qu’elle permet de tester une personne en moins de 5 minutes et qu’elle évalue une réaction immédiate sans parasitage», explique-t-il. Le défilement rapide d’images et le matériel de captage des ondes cérébrales ne présentent en outre aucun risque pour les nourrissons.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/06/04/23805-cerveau-bebes-as-reconnaissance-visages

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 74