Le Cardinal Barbarin va donner sa démission au Pape suite à sa condamnation

Commentaire. Le cardinal Barbarin reconnu coupable de non dénonciation de crimes sexuels pédophiles condamné à 6 mois de prison avec sursis.

C’est un pas historique pour la protection de nos enfants.

Il l’avait reconnu lui même.

Le jugement, communiqué à la presse par le parquet, est clair: il reproche au religieux de 68 ans – qui avait martelé durant le procès, début janvier, n’avoir “jamais cherché à cacher, encore moins à couvrir ces faits horribles” – d’avoir “fait le choix en conscience” de ne rien transmettre aux autorités judiciaires “pour préserver l’institution à laquelle il appartient ». 

Que vaut une institution qui couvre la pédophylie…

Très honnêtement cette fois-ci, il annonce qu’il va donner sa démission au Pape et tire les conclusions, enfin…

 

L’ARTICLE :

VIDEO. “J’ai décidé d’aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission”, annonce le cardinal Barbarin après sa condamnation

France Info avec AFP France Télévisions – Publié le 07/03/2019 | 13:14

L’archevêque de Lyon a été condamné à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles d’un prêtre de son diocèse.

Condamné à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuels d’un prêtre lyonnais, le cardinal Philippe Barbarin a annoncé, jeudi 7 mars, qu’il allait remettre sa démission au pape François. “Je prends acte de la décision du tribunal. (…) J’ai décidé d’aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission”, a déclaré Philippe Barbarin lors d’une courte prise de parole face à la presse. “Il me recevra dans quelques jours”, a-t-il précisé.

Lire la suite de l’article : https://www.francetvinfo.fr/societe/religion/pedophilie-de-l-eglise/pedophilie-dans-l-eglise-le-cardinal-barbarin-annonce-qu-il-va-remettre-sa-demission-au-pape_3222287.html#xtor=EPR-51-[pedophilie-dans-l-eglise-le-cardinal-barbarin-annonce-qu-il-va-remettre-sa-demission-au-pape_3222287]-20190307-[bouton]

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 242