Le café stimule la mémoire visuelle selon une étude.

Commentaire de Olivier Soulier.

Publié dans la lettre de Médecine du Sens n° 11

Interrogeons nous sur le sens de cette action du café. Biologiquement cela s’explique par l’effet stimulant comme ils le décrivent bien. Mais symboliquement nous pouvons accéder à un autre niveau de compréhension. La café parle de la fusion et de la défusion. 

Il sert à protéger du risque de la fusion amoureuse, de la fascination dévoration de l’un par l’autre et du risque de disparaitre dans l’autre. Comme les deux danseurs de la pub Carte noire qui fusionnent dans une tasse de café. Nous utilisons le café le matin pour sortir de la fusion nocturne. Pour nous protéger de la relation amoureuse quand nous la désirons trop.

A l’autre extrémité de la fusion il y a le thé vert de ceux qui ont peur de la relation, et la désirent tout en la fuyant. Même chose me direz vous, oui mais juste le contraire car ici la fuite est plus forte et première à l’envie d’aller vers l’autre.

Ce qui est très drôle c’est que dans cet article, les scientifiques expliquent qu’il s’agit d’un « travail de “séparation du modèle”. Surprenant . N’est ce pas justement cela la fusion ? Le savaient ils en écrivant cela et en choisissant ce terme ? Probablement pas. Mais chapeau ! Bien inspiré quand même … sans le savoir.

 L’ARTICLE :

Le Parisien note que « le café stimulerait la mémoire visuelle, selon une nouvelle étude américaine sur les vertus de la boisson, publiée dans Nature ». Le journal indique ainsi qu’« une équipe de l’Université Johns Hopkins de Baltimore a constaté que la caféine améliore certains souvenirs sur une durée d’au moins un jour alors que les preuves d’un effet dopant du café sur la mémoire étaient jusqu’à présent limitées ».
Le Parisien précise que « cette équipe conduite par le Pr Michael Yassa a demandé à 73 volontaires de regarder des images représentant des objets. Ensuite, la moitié du groupe a reçu une dose de 200 milligrammes de caféine, l’équivalent de deux tasses de café, et l’autre moitié a reçu un placebo ».
« Le lendemain, on a demandé aux deux groupes de regarder une autre série d’images. Certaines étaient les mêmes que celles de la veille, d’autres nouvelles, et quelques-unes étaient similaires mais avec des différences », ajoute
le quotidien.
Le journal constate que « les deux groupes ont réussi de la même façon à distinguer les anciennes des nouvelles images. Mais ceux qui avaient reçu de la caféine ont été plus facilement capables de distinguer les différences sur les images similaires ». Le Pr Yassa observe que « si nous avions utilisé un travail de mémoire standard sans ces articles +similaires+ difficiles à distinguer, nous n’aurions trouvé aucun effet de la caféine ».
Le Parisien souligne que « dans le cas des images similaires, le cerveau doit faire une tâche “plus difficile” que les scientifiques appellent un travail de “séparation du modèle”. C’est précisément ce processus qui semble “renforcé par la caféine”, explique le Pr Yassa ». Ce dernier remarque en outre que « la caféine est associée à la longévité en bonne santé et peut avoir des effets protecteurs du déclin cognitif comme la maladie d’Alzheimer ».

http://www.mediscoop.net/index.php?pageID=154cad06f166e4ecff57d279b285412a&id_newsletter=6110&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=6110&from=newsletter