Le bon moment pour couper le cordon

Commentaire. Si vous attendez un peu après la naissance, 10 à 15 mn, l’enfant récupère le sang du cordon et se fait sa réserve de fer pour ses premiers mois. Pas belle la nature ? Et nous qui le coupions tout de suite.

Bon attention j’ai dit 15 minutes maxi, j’en vois déjà qui se disent «vous voyez bien que j’ai eu raison de ne pas couper le cordon» J’ai dit 15 minutes, pas 20 ans. Humour.

 

L’ARTICLE :

De plus en plus d’indices plaident pour un clampage retardé qui permet un meilleur transfert du sang placentaire vers l’organisme du nouveau-né et contribue ainsi à prévenir les carences en fer.

Quel est le meilleur moment pour couper le cordon ombilical? Le clampage précoce, pratiqué moins de dix secondes après la naissance, a longtemps été privilégié pour prévenir les hémorragies maternelles. Mais de plus en plus d’indices plaident pour une séparation retardée, qui permet un meilleur transfert du sang placentaire vers l’organisme du nouveau-né et contribue ainsi à prévenir les carences en fer. Une étude, publiée le 26 mai dans la revueJama Pediatrics, milite en ce sens. Ses auteurs ont observé que les enfants dont les cordons ont été clampés plus de trois minutes après la naissance présentent, à l’âge de quatre ans, des capacités motrices fines plus développées que les autres.

Un décilitre de sang

«Maintenir le lien ombilical pendant trois minutes représente une transfusion d’un décilitre de sang, ce qui correspond à la quantité de fer requise par l’enfant durant les trois à quatre premiers mois de la vie», explique Ola Andersson. Ce chercheur, pédiatre à l’hôpital universitaire d’Uppsala (Suède), étudie depuis de nombreuses années les bénéfices du clampage tardif. Il a démontré en 2011 que cette pratique réduit de 90 % la fréquence des carences en fer chez le bébé de quatre mois. L’effet serait accentué lorsque le nouveau-né est placé une vingtaine de centimètres sous le ventre de la mère.

Quelques années plus tard, le pédiatre a soumis cette même cohorte de 400 enfants à une batterie de tests psychologiques. Son suivi ne montre pas de différence de QI entre les enfants clampés tardivement et les autres. Mais le premier groupe enregistre de meilleurs scores dans certains exercices spécifiques, avec des résultats plus significatifs chez les garçons. «Le cerveau a besoin de fer pour se développer et les connexions neuronales qui gouvernent l’activité motrice se mettent en place durant l’enfance», interprète Ola Andersson.

De nombreuses études ont déjà montré que le clampage tardif est très bénéfique aux bébés prématurés. Sa mise en œuvre est associée à une meilleure tension artérielle après la naissance et à une réduction des transfusions dans les services de réanimation néonatale. Il est recommandé, chez ces enfants, par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français. «Les bénéfices cliniques sont beaucoup moins évidents chez les enfants nés à terme», nuance le professeur Philippe Deruelle, obstétricien au CHU de Lille.

«Le niveau de preuve de cette étude reste insuffisant pour justifier un changement de nos pratiques», complète Corinne Dupont, sage-femme chercheuse en périnatalité. En France, si les médecins et sages-femmes ont abandonné le clampage précoce, la plupart interviennent dans la minute qui suit l’accouchement.

Attendre avant de couper le cordon ombilical ne favorise pas la jaunisse du nourrisson, démontre une revue de littérature publiée l’an dernier. «Sauf urgence, et même si le bénéfice d’un apport supplémentaire en fer est incertain, il n’existe pas d’arguments pour se précipiter», conclut Emmanuelle Phan, membre du Collectif interassociatif autour de la naissance.

 

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/06/30/23902-bon-moment-pour-couper-cordon

 

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 77